1. Accueil
  2. Compagnies Aériennes
  3. Transavia : « Le pilote ne voyait pas la piste d’atterrissage »
Compagnies Aériennes

Transavia : « Le pilote ne voyait pas la piste d’atterrissage »

L’aéroport de Nantes, en France, a connu plusieurs déroutements de vols samedi 14 janvier à cause du mauvais temps. Des voyageurs ont livré leurs témoignages sur l’angoisse qu’ils ont vécue après les tentatives avortées des pilotes pour atterrir.

Les conditions météorologiques défavorables dans les aéroports rendent les atterrissages très difficiles. Le cas échéant, les pilotes n’ont qu’à remettre les gaz pour retenter une autre approche ou se diriger vers d’autres aéroports pour des atterrissages plus sûrs.

Atterrissages avortés à Nantes : des passagers témoignent

C’est ce qui s’est passé samedi dernier à l’aéroport de Nantes. Une passagère qui était sur un vol Transavia en provenance de Marrakech, au Maroc, avec sa famille a livré son témoignage à Ouest France. Selon elle, « la météo était mauvaise, rien d’extraordinaire, mais il y avait des turbulences ».

transavia boeing 737

De l’intérieur de la cabine, les passagers ont gardé leur calme (Photo d’illustration : Tupungato – stock.adobe.com)


Après avoir amorcé son atterrissage, « le pilote a d’un coup remis les gaz ». Après de longues minutes de silence, continue la passagère, « il a expliqué avoir tenté de se poser sans succès parce qu’il ne voyait pas la piste ».

Sur ce, la mère de famille se demande s’il n’existe pas des outils pour guider les pilotes dans ce genre de situation. En tout cas, l’annonce du pilote a surpris tous les passagers à bord. « C’était perturbant, anxiogène. Mes enfants ont cru que nous allions mourir », se rappelle encore la passagère.

Après la remise de gaz, le pilote a choisi de ne pas retenter une autre approche, et a décidé de se diriger vers l’aéroport Paris-Orly. Une fois à Paris, la situation était également complexe à cause du vent et de la pluie. Malgré ces conditions, le pilote a enfin réussi à effectuer son atterrissage, bien que secoué.

Traumatisée, « ma fille ne veut plus jamais reprendre l’avion »

De l’intérieur de la cabine, les passagers ont gardé leur calme, car « les hôtesses de l’air et les stewards ont réussi à gérer l’angoisse ». L’incident a tout de même traumatisé certains passagers. « Ma fille ne veut plus jamais reprendre l’avion », a ajouté la passagère.

Un autre avion de Transavia en provenance d’Agadir, toujours au Maroc, a connu une situation similaire lors de son atterrissage à l’aéroport de Nantes ce samedi. Le pilote a effectué plusieurs tours de piste après avoir essayé de se poser.

Deux passagers à bord, assis près du hublot, ont indiqué qu’ils « ne voyaient plus rien à l’extérieur ». Sur ce vol, le pilote avait mis le cap sur l’aéroport de Bordeaux, comme plusieurs autres qui ont choisi cet aéroport. Ici encore, les atterrissages n’étaient pas faciles, mais ont été effectués sans incidents majeurs.

La Newsletter
Restez bien informés : recevez les dernières infos et alertes en vous inscrivant Gratuitement à notre Newsletter.
Guide De Voyage Algérie
Algérie
Toutes les procédures de voyage en Algérie
Voir Plus