Un historien écossais visite l’Algérie et s’émerveille de ses « trésors »

Le :

L’historien et auteur écossais William Dalrymple a visité l’Algérie au mois de juillet dernier dans le cadre d’un voyage touristique, s’émerveillant des trésors cachés du pays et de la richesse de son histoire.

 

« Nous n’avons pas tendance à considérer les Algériens comme des impérialistes victorieux. En effet, il y a seulement 60 ans, l’Algérie était le champ de bataille sanglant de l’une des guerres de décolonisation les plus acharnées du vingtième siècle », écrit l’auteur dans un article publié ce samedi sur Financial Times décrivant son séjour.

 

« Mais l’histoire algérienne nous apprend que la réalité est, du moins, un peu plus nuancée », affirme William Dalrymple, expliquant que « ce sont les riches Nord-Africains qui ont écrasé la résistance calédonienne et saisi le nord de la Grande-Bretagne pour les Romains. À la fin du deuxième siècle, un tiers du sénat romain était nord-africain tandis que l’empereur Septime Sévère grandissait à l’est à Leptis Magna (aujourd’hui dans la Libye moderne) ».

 

« Alors que nous nous promenions dans les époustouflants sites romains qui parsèment l’Algérie, nous étions constamment rappelés à quel point l’Afrique du Nord romaine était plus riche et plus civilisée pour la province britannique et plus encore pour la Calédonie barbare », relate l’auteur britannique, dont le voyage a coûté 2845 livres sterling pour visiter l’Algérie.

 

« Pendant les dernières récentes années, une visite en Algérie a été une perspective délicate: au lendemain de la guerre civile, les quelques voyageurs qui se sont aventurés ici ont parfois été pris en otage par des guérilleros islamistes. Mais maintenant, alors que la politique reste incertaine, les combats sont terminés depuis longtemps et le pays est sûr pour les voyageurs », affirme M. Dalrymple.

 

« Il est parfois difficile d’obtenir un visa, mais une fois sur place, les routes sont bonnes, les hôtels sont confortables (bien que rarement particulièrement luxueux) et les tajines et les kebabs sont fabuleux. Même le vin, modelé sur des originaux français, est excellent, quoique un peu cher », estime l’historien dans son article adressé aux lecteurs britanniques.

 

« De plus, l’Algérie est peut-être le dernier endroit sûr de la Méditerranée où vous voyez des kilomètres de plages vides et de paysages en pointillés d’oliviers presque entièrement préservés du développement. Vous pouvez toujours vous promener presque seul à travers les sites archéologiques les plus importants du pays, les mosquées et les palais ottomans exquis », soutient William Dalrymple, avertissant cependant que « cela va sans aucun doute changer » puisque « les premiers groupes touristiques sont en route », et invitant les voyageurs potentiels à « aller vite » visiter le pays.

 


 

Par : Rédaction

Partager sur :
Quoi de neuf ?