1. Accueil
  2. Divers
  3. Un jeune algérien décède dans un commissariat en Belgique
Divers

Un jeune algérien décède dans un commissariat en Belgique

Mohamed Amine Berkane est décédé lundi 13 décembre dans un bâtiment de la police à Bruxelles, rapportent ce mardi 21 décembre les médias belges.

Âgé de 26 ans, le jeune algérien était originaire de la wilaya de Tipasa. Il a été interpellé le dimanche 12 décembre au niveau du quartier de la Bourse. Suspecté de vol avec violence, il a été conduit au commissariat.

Les policiers ont commencé à s’inquiéter vers 14h, dimanche, quand ils ont vu que le jeune homme, qui semblait en train de dormir, ne se réveillait pas. Une ambulance est alors appelée sur les lieux. Les secouristes tentent de le réanimer en vain. Le Samu est sollicité mais c’était trop tard. Le décès est constaté aux environs de 15h.

L’Algérie proteste officiellement auprès de la Belgique

Tewfik Mahi, ministre conseiller en charge des affaires internationales au sein de l’ambassade d’Algérie en Belgique a confirmé au journal belge Le Soir, l’identité du défunt. L’ambassade d’Algérie à Bruxelles a entamé des démarches officielles auprès du ministère belge des Affaires étrangères. Elle a également saisi la justice.

Il s’agit du troisième décès d’un ressortissant algérien dans un commissariat en Belgique. En juillet 2020, Abderrahman Kadri habitant le quartier de Molenbeek est décédé à l’hôpital après avoir été arrêté par la police belge.

En janvier 2021, Ilyes Abbedou est lui aussi décédé dans le commissariat de la garde zonale bruxelloise, soit le même endroit où le jeune Mohamed Amine Berkane vient de trouver la mort.

Les autorités algériennes commencent à presser leurs homologues belges au sujet de ces drames. « C’est vrai que ça commence à faire beaucoup », c’est le constat fait par le diplomate algérien Tawfik Mahi.

L’Algérie exige des rapports détaillés concernant les décès enregistrés dans les locaux de la police belge. 

« On nous dit que ces enquêtes sont toujours en cours, mais il faut à un moment donné que les autorités algériennes puissent disposer non pas d’éléments provisoires ou de petites synthèses de rapports d’autopsie, mais de ces rapports dans leur intégralité. Pour l’instant, cela n’a pas été le cas », note le diplomate algérien.

La Newsletter
Restez bien informés : recevez les dernières infos et alertes en vous inscrivant Gratuitement à notre Newsletter.
Guide De Voyage Algérie
Algérie
Toutes les procédures de voyage en Algérie
Voir Plus