1. Accueil
  2. Actualités
  3. VIDÉO & PHOTOS. Visite guidée de la nouvelle aérogare de l’aéroport d’Alger
Actualités

VIDÉO & PHOTOS. Visite guidée de la nouvelle aérogare de l’aéroport d’Alger

L’aérogare ouest de l’aéroport international Houari Boumediène d’Alger sera opérationnelle à partir du lundi 29 avril.

« Nous allons débuter avec les huit vols d’Air Algérie vers Paris. C’est la destination qui a le plus de vols. D’où notre choix. Une semaine après, nous allons continuer avec tous les vols d’Air Algérie à destination de la France. Et, à partir du 13 mai 2019, tous les vols Air Algérie vers l’étranger seront assurés à partir d’ici. Après, les autres compagnies, qui assurent des vols vers l’Europe et les Amériques, seront transférées vers cette aérogare», détaille Tahar Allache, PDG de la Société de gestion des services et infrastructures aéroportuaires d’Alger (SGSIA), lors du visite organisée pour la presse, ce mercredi 24 avril.

M. Allache a assuré que l’Etat n’a pas mis un sous dans ce projet. « C’est de l’autofinancement et des crédits bancaires. Au début, le projet a été estimé à 74 milliards de dinars, nous avons rajouté une centrale électrique qui a coûté 2 milliards de dinars. Avec la dévaluation du dinars, nous aurons un surcoût de 12 milliards de dinars que l’entreprise va supporter. Notre part dans le projets sera autour de 24 milliards de dinars. Nous allons commencer à rembourser les 62 milliards de crédits bancaires à partir de 2022 », précise M. Allache.

Dix millions de voyageurs par an

La nouvelle aérogare d’Alger, qui s’étale du 200.000 mètres carrée, va accueillir à terme 10 millions de passagers. « Nous pouvons aller jusqu’à 12 millions de passagers par an, l’autre aérogare peut accueillir jusqu’à 7 millions de passagers et est presque arrivée à saturation. Nous supposons que cette nouvelle aérogare sera saturée vers 2032. On se donne donc le temps de réaliser une autre », anticipe le patron de l’aéroport d’Alger.

Le projet de la future aérogare sera lancé en 2028 dans le même emplacement où se trouve l’ancienne aérogare, celle des années 1970, qui sera démolie pour récupérer le terrain. L’actuelle aérogare, qui accueille les vols internationaux, sera consacrée aux compagnies arabes des pays comme les Emirats, le Qatar, l’Egypte, le Maroc, la Tunisie. Elle sera partagée avec les vols domestiques qui seront au niveau du hall 2. Des travaux de rénovation y seront menés. L’aérogare actuelle des vols internes sera consacrée uniquement aux vols charters pour le Hadj et la Omra. « Les terres qui sont au sud de l’aéroport d’Alger garderont leur vocation agricole pour qu’il n’ait aucune construction. Quand la partie Nord de l’aéroport sera saturée, nous envisageons des extensions vers le sud mais dans le lointain avenir », précise Tahar Allache.

Une architecture dynamique sans référence algérienne

Conçu par un cabinet d’architecture britannique selon les normes de respect de l’environnement, la nouvelle aérogare internationale d’Alger a été construite par la China State Construction Engineering Corporation (CSCEC).

Son architecture dynamique et aérienne s’appuie sur les ouvertures vers l’extérieur avec des courbes et des formes contemporaines mais qui n’ont pas de référence à l’héritage culturel algérien.

« On n’en est pas encore là pour ce genre de bâtiment en Algérie », justifie Tahar Allache, en précisant qu’un bureau d’étude algérien a contribué au projet. Le toit de l’aéroport est équipé pour collecter l’eau pluviale qui sera utilisée pour le lavage. Le système de climatisation, dans un souci d’économie d’énergie, couvre un espace entre 0 et 4 mètres en hauteur. Le hall public des départs est plongée dans la lumière grâce à des façades inclinées en vitres. Trois accès et deux sorties permettent de « communiquer » avec l’extérieur.

L’aérogare est dotée de six scanners détecteurs d’explosifs de dernière génération (RTT) dont l’installation sera obligatoire dans tous les aéroports à partir de 2020. Le prix unitaire de ces scanners est de 1,5 millions d’euros. Chaque scanner peut traiter 1800 bagages par heure. Au niveau de la salle d’embarquement et celle d’arrivée, un tapis roulant est installé et des Golf Cars sont prévus pour déplacer les personnes âgées. Des salles spéciales seront consacrée pour « les retards importants ».

29 compagnies aériennes à l’aéroport d’Alger

Au deuxième niveau, les portes 14 et 15 seront consacrés aux voyageurs transportés par gros porteurs comme l’A380 (utilisés notamment par Emirates et British Airways).

Des formules sont retenues pour les vols en bi-statut (domestique et international) avec possibilité d’embarquement au large (bus) ou passerelles.

Les trentaine de boutiques de l’aérogare seront ouvertes au fur et à mesure de l’augmentation du trafic aérien. Le loyer est fixé à 30.000 dinars par mètre carré. Un Duty free est à l’étude (la marchandise destinée à la vente ne sort pas de l’aéroport).

Les 9 milliards de dinars du chiffre d’affaire de la SGSIA sont assurés à 10 % par la location des commerces. « Vous ne pouvez pas demander à un commerçant d’ouvrir après le départ du dernier vol, par contre les cafés restent ouverts H24. On ne prend pas l’exemple de l’aéroport de Dubai parce qu’il travaille à 85 % pour la correspondance. Il y a des passagers en permanence. C’est le même cas pour Doha. Ils ont les moyens de faire ce choix », souligne le PDG de la SGSIA.

L’aéroport d’Alger accueille vingt neuf compagnies aériennes. « Ce n’est que maintenant que nous retrouvons notre niveau de trafic d’antan. Cette année, avec tout ce qui se passe dans le monde, le trafic n’a pas beaucoup progressé. Il y a des compagnies qui assurent des liaisons avec Alger uniquement en été comme Air Canada en raison du déplacement des algériens vers le pays. C’est rentable pour Air Canada. Une compagnie chinoise voulait desservir Alger mais le projet n’a pas été concrétisé. Généralement, lorsqu’une nouvelle aérogare ouvre, cela attire les compagnies. Nous n’avons pas encore reçu de demandes de compagnies qui veulent venir ici; mais on s’attend à la venue de certaines d’entre elles », développe M. Allache.

« Air Algérie a fait des études pour créer un Hub »

L’aéroport d’Alger sera-t-il « un Hub » Afrique-Europe, Afrique-Asie ? « Le Hub, ce n’est pas nous, mais les compagnies qui peuvent ouvrir des lignes après étude de marché. Il ne s’agit pas d’ouvrir une ligne pour perdre de l’argent. Un vol qui arrive de Dakar à Alger avec des passagers en transit doit coïncider avec le vol qui part d’ici vers la destination finale de ces passagers. Air Algérie a fait des études pour créer un Hub. Nous sommes prêts à les accompagner parce que ça nous rapporte des passagers, », explique Tahar Allache.

La piste de l’aérogare ouest n’est pas encore achevé en raison d’un retard enregistré dans l’exécution des travaux par un groupe privé. L’hôtel de 400 lits situé à côté de l’hôtel va ouvrir bientôt. « Nous avons négocié avec SIH (Société d’investissement hôtelier), mis un terrain à sa disposition que nous lui louons. Nous aurons un pourcentage sur le chiffre d’affaires pas sur le bénéfice de l’hôtel qui sera gérée par Hyatt Regency », indique Tahar Allache. La gare ferroviaire de l’aéroport sera ouverte également le 29 avril. Les passagers peuvent embarquer de la gare d’Agha. Pour le métro, l’aéroport sera connecté à partir de 2022.

Encadré

L’aérogare ouest d’Alger en chiffres

La nouvelle aérogare d’Alger s’étend sur 200.000 m², contre 82.000 m² pour l’ancienne aérogare. Elle est équipée en 120 desk d’enregistrement (le double de l’ancienne aérogare) partagés sur 6 îlots déjà affectés aux compagnies aériennes, 21 passerelles, 12 tapis bagages, 35 escaliers mécaniques, 54 ascenseurs (dont certains sont panoramiques), 9 tapis roulants, 48 guichets pour les formalités de police (regroupés en un seul endroit), un parking de 4200 places, 42 postes de contact pour avions, 1500 caméras de surveillance et 16 groupes électrogènes.

 









Fayçal Métaoui

Guide De Voyage Algérie
Algérie
Toutes les procédures de voyage en Algérie
Voir Plus