1. Accueil
  2. Actualités
  3. Visas, étudiants, frontières…les principales annonces du Consul général de France à Alger
Actualités

Visas, étudiants, frontières…les principales annonces du Consul général de France à Alger

Le Consul général de France à Alger, Marc Sédille, a accordé, ce jeudi 4 juin, un long entretien exclusif à VVA (visa-algerie.com) dans lequel il a abordé les questions liées aux visas Schengen, la situation des étudiants ou encore le rapatriement des personnes bloquées. Voici ce qu’il faut retenir.

Le Consul général de France à Alger, Marc Sédille, a accordé, ce jeudi 4 juin, un long entretien exclusif à VVA (visa-algerie.com) dans lequel il a abordé les questions liées aux visas Schengen, la situation des étudiants ou encore le rapatriement des personnes bloquées. Voici ce qu’il faut retenir.

Réouverture de deux services du consulat

Le service de l’état civil et le service de la nationalité peuvent à nouveau recevoir du public, a indiqué le Consul général, ajoutant que le consulat remet les passeports et cartes nationales d’identité dont la demande remonte à avant le 17 mars.

« Le service des bourses scolaires n’a jamais cessé de fonctionner, même au pire moment de la crise », a précisé Marc Sédille.

Reprise des visas : pas de date

« Il n’est pas possible à ce stade de donner une date précise » concernant la reprise de la délivrance des visas Schengen, a indiqué Marc Sédille, soulignant que la reprise de la délivrance des visas est « étroitement liée à la réouverture des frontières internationales ».

« S’agissant des frontières extérieures Schengen, et donc entre la France et l’Algérie, il faut encore attendre. Cela viendra plus tard », a fait savoir le consul général.

« Ce n’est pas seulement une décision des autorités européennes. C’est également une décision des autorités algériennes de rouvrir leurs frontières », a-t-il précisé en outre.

Un retour « progressif »

Le Consul général a laissé entendre que la reprise de la délivrance des visas français se fera de manière progressive. « Nous travaillons d’ores et déjà à un scénario de reprise progressive du service des visas afin d’être prêt le moment venu », a annoncé Marc Sédille.

« La reprise, lorsqu’elle sera possible, sera progressive. Nous devrons prioriser certaines catégories de demandeurs mais rien n’est encore finalisé », a-t-il souligné.

« Nous y travaillons avec le ministère de l’Europe et des Affaires étrangères et le ministère de l’Intérieur, nos ministères de tutelle en matière de visa, mais également avec nos prestataires de service, VFS Global à Alger, et TLS Contact à Oran et Annaba », a indiqué en outre le Consul.

Visa étudiant : des mécanismes adaptés

M. Sédille a expliqué que les services consulaires se sont adaptés au confinement imposé par la pandémie du coronavirus afin de continuer le traitement des demandes de visas pour les ressortissants algériens souhaitant étudier en France.

« Les équipes de Campus France Algérie se sont adaptées aux circonstances exceptionnelles, elles ont mené les entretiens avec les étudiants par visioconférence, elles ont reçu et validé les dossiers de manière dématérialisée », a indiqué le Consul général de France à Alger.

« Rien n’est encore arrêté s’agissant de la reprise de la délivrance des visas, mais cette catégorie de demandeurs sera de façon certaine l’une de nos priorités à la reprise pour leur permettre d’entamer leur cursus en France dans les meilleures conditions », a affirmé Marc Sédille.

Visas non utilisés ou expirés : la procédure à suivre

Le Consul général a donné des détails concernant les demandeurs ou détenteurs de visas n’ayant pas pu aller au bout de leur démarche avant la pandémie du coronavirus.

« Les personnes dont le rendez-vous au centre VFS a été annulé et qui avaient déjà acquitté les frais de service n’auront pas à les payer de nouveau », a indiqué Marc Sédille, précisant que « VFS facilitera l’accès au rendez-vous » mais que les personnes concernées « devront payer les frais de dossier ».

« Les personnes dont le dossier leur a été retourné sans qu’une décision ne soit prise en raison de la fermeture du service des visas bénéficieront de la gratuité des frais de dossier lors de leur prochaine demande sur présentation de la quittance de la demande non traitée », a indiqué en outre le Consul, ajoutant que « les frais de service devront être payés à VFS qui facilitera la procédure pour la prise du rendez-vous ».

« Les personnes dont le visa n’a pas été utilisé bénéficieront d’une procédure simplifiée et de la gratuité des frais de visa », a également fait savoir le Consul général, précisant que « les frais de service devront être payés à VFS ».

« Enfin, les personnes ayant utilisé partiellement leur visa devront s’acquitter de la totalité des frais et présenter un dossier complet », a indiqué M. Sédille, précisant qu’il « n’y a, à ce stade, aucune instruction faisant état d’une modification de la procédure et des conditions de délivrance des visas ».

Rapatriement des personnes bloquées

Le Consul général de France en Algérie a également évoqué durant l’entretien l’opération de rapatriement des ressortissants français bloqués en Algérie depuis le 18 mars suite à la décision de suspendre les liaisons aériennes et maritimes.

« Aujourd’hui, plus de 40 vols hebdomadaires sont opérés par Air France, ASL Airlines et bientôt Transavia. Ce sont toujours des vols exceptionnels soumis à autorisation. Ce ne sont pas des vols réguliers », a indiqué Marc Sédille. « Corsica Linea, mobilisée en début de crise par la situation en Corse, vient de réaliser une première traversée maritime vers Marseille. Il y en aura d’autres les 7 et 9 juin. Mais ce sont également des traversées exceptionnelles soumises à autorisation », a-t-il ajouté.

« Les services diplomatiques et consulaires demeurent mobilisés afin de maintenir, en concertation avec les autorités algériennes et les compagnies de transport aérien et maritime, ce dispositif tant qu’il restera des personnes à faire rentrer en France », a-t-il également précisé.

Le Consul a également réagi aux critiques dont a fait l’objet les autorités françaises dans la gestion des rapatriements. « J’entends, je lis que la France aurait abandonné ses ressortissants. Je pose la question : quel autre pays a-t-il organisé en Algérie un tel pont aérien ? Quels avions voit-on voler dans le ciel d’Alger, d’Oran, d’Annaba, de Bejaïa ? Il n’y a pas d’équivalent », a estimé M. Sédille, considérant que l’effort de la France a été « exceptionnel » et « planétaire ».


Y. B.

Guide De Voyage Algérie
Algérie
Toutes les procédures de voyage en Algérie
Voir Plus