Visas pour la France : des facilitations techniques pour certaines professions

Le : 16 mai 2018

Auparavant, les journalistes, médecins et certains corps de métiers qui doivent se rendre en France pour des motifs professionnels disposaient de la possibilité de déposer un dossier de demande de visa allégé. Ces facilitations qui leur étaient accordées étaient dérogatoires vis-à-vis de la réglementation régissant l’espace Schengen, la mise en place progressive de France-Visa dans tous les pays du monde a nécessité de les modifier, précise une source consulaire à Visas & Voyages Algérie. Tous les demandeurs, quel que soit leur statut doivent désormais déposer un dossier complet conforme à la liste des pièces justificatives fournies lors de l’enregistrement de la demande sur le site France-Visa, ajoute-t-elle.

 

Notre source juge en outre que l’ancien système de facilitation était « trop permissif », entraînant de nombreux abus et dérives. « Des Algériens entrés en France régulièrement restent sur le territoire pour se soigner. Rien qu’à Paris, les Algériens ont généré, entre septembre 2017 et avril 2018, une dette de 4,43 millions d’euros de dette de l’aide médicale d’État ».

 

Selon notre source, les services consulaires à Alger ont « plaidé dès le mois de janvier 2018 pour maintenir un système de facilitation en l’adaptant aux exigences de France-Visa ». De nouvelles facilitations sont donc mises en place s’agissant de la prise de rendez-vous qui sera possible dans un délai de 48 heures pour les demandeurs appartenant à des corporations appelées à se rendre régulièrement en France pour des motifs professionnels.

 

Plus de demandes de visa d’études attendues en 2018

 

Le nombre de demandes de visas d’études pour la France devrait connaître une augmentation de l’ordre de 20%, selon notre source qui base la prédiction sur l’augmentation importante de nombre de rendez-vous pris par les étudiants algériens auprès de Campus France.

 

Toutefois, le nombre de visas qui seront accordés cette année ne sera pas automatiquement revu à la hausse car celui-ci dépendra de la qualité des demandes de visas. En 2017, près de 9 100 visas d’étude ont été accordés à des étudiants algériens dont 7500 par les seuls services consulaires français d’Alger.

 

Une partie des demandes de visas d’études sont refusées par le consulat de France à cause, notamment, de justificatifs manquants ou peu probants.

 

« Il faut faire la distinction entre la décision académique et la décision consulaire. Le projet académique peut être accepté mais cela ne garantit pas au demandeur d’obtenir le visa », explique notre source qui a ajouté que « beaucoup d’étudiants déposent de nouveau leur demande de visa après un refus, ce qui ne sert à rien si le dossier est le même, surtout s’il n’y a aucun changement dans les capacités financières ou d’hébergement ».

 

Notre source précise que le demandeur peut faire un recours auprès de la Commission de recours contre les décisions de refus de visa d’entrée en France (CRRV), par courrier et dans un délai de deux mois à partir de la date à laquelle a été notifié le refus. C’est une démarche plus adaptée que le fait de présenter plusieurs fois le même dossier.

 

| LIRE AUSSI : 

 

 


 

Auteur : H.S

Partager sur :

VISAS : Les formalités