1. Accueil
  2. Air Algérie
  3. Vols Air Algérie : à quand une reprise totale ?
Air Algérie

Vols Air Algérie : à quand une reprise totale ?

Air Algérie a, depuis le samedi 18 juin, un nouveau PDG en la personne de Yacine Benslimane. Il a remplacé à ce poste Lamine Debaghine Mesraoua qui avait assuré l’intérim à la tête de la compagnie aérienne nationale pendant dix-huit mois.

Les hautes autorités du pays ont pris tout le temps nécessaire pour sélectionner un PDG à la tête d’Air Algérie. Leur choix s’est porté sur un profil un peu différent de ce qu’elles avaient l’habitude de choisir jusque-là.

En effet, Yacine Benslimane est relativement jeune et n’a pas été un ancien pilote comme l’étaient bon nombre d’ex-PDG d’Air Algérie.

Diplômé en management de l’université de Béjaïa puis de l’école nationale de l’aéronautique à Toulouse, il a fait l’essentiel de sa carrière professionnelle dans le secteur du transport aérien. Passé par l’entreprise de gestion des services aéroportuaires, il a également dirigé la délégation de la compagnie Aigle Azur en Algérie.

Air Algérie : un nouveau PDG pour un nouveau départ ?

C’est donc en parfaite connaissance du secteur du transport aérien en Algérie que Yacine Benslimane fait son entrée à la tête d’Air Algérie. La compagnie est réputée pour être une entreprise difficile à diriger, mais Yacine Benslimane semble pouvoir compter sur l’appui des hautes autorités.

Dès sa prise de fonction, il a reçu le premier appui, celui de son ministre de tutelle qui l’a félicité et l’a instruit d’entamer d’emblée les démarches d’acquisition de quinze nouveaux avions comme cela avait été approuvé par le président de la République.

Il s’agit d’une bonne nouvelle pour la compagnie aérienne nationale et pour son nouveau PDG qui, en plus de la perspective d’un renforcement de la flotte, reçoit une grande marque d’appui d’en haut.

Néanmoins, l’arrivée des nouveaux avions ne se fera pas avant quelques années. C’est donc à long terme que les effets de cette décision se feront sentir. Or, Air Algérie, tout comme son nouveau patron, a besoin de décisions qui impactent positivement le présent.

Air Algérie : un retour à la normale nécessaire

« Commander 15 avions, chez Airbus ou Boeing, pour Air Algérie, c’est peut-être bien, mais privilégier le leasing (l’affrètement), est peut-être mieux”, rappelle Abdelwahab Yagoubi, député des Algériens de France, également connaisseur du monde de l’aérien.

En attendant la livraison de cette nouvelle commande d’avions (24 mois minimum de délais), Air Algérie devra affréter éventuellement des gros porteurs et organiser des vols charters en été, ajoute le député.

Mais avant de penser à l’affrètement d’avions, Air Algérie a d’abord besoin de relancer son programme annuel qui n’est pas exploité à 100% malgré la dernière augmentation des vols pour la saison d’été.

Les autorités doivent penser à autoriser rapidement un retour à la normale pour Air Algérie pour qu’elle puisse exploiter la totalité de sa capacité commerciale et opérationnelle. C’est le véritable enjeu du moment. Air Algérie doit, comme toutes les autres compagnies du monde, pouvoir reprendre la totalité de son programme.

Les pouvoirs publics vont-ils donner un nouveau coup de pouce au nouveau PDG en autorisant le retour à la normale ? Seul l’avenir nous le dira.

Une chose est sûre : la situation sanitaire n’est plus un obstacle pour une reprise totale du programme annuel et la trésorerie Air Algérie a grandement besoin d’une telle décision.

La Newsletter
Restez bien informés : recevez les dernières infos et alertes en vous inscrivant Gratuitement à notre Newsletter.
Guide De Voyage Algérie
Algérie
Toutes les procédures de voyage en Algérie
Voir Plus