1. Accueil
  2. Air Algérie
  3. Vols Air Algérie : la polémique persiste, Tebboune interpellé
Air Algérie

Vols Air Algérie : la polémique persiste, Tebboune interpellé

Lancée le 23 décembre dernier, l’opération de rapatriement confiée à la compagnie Air Algérie suscite toujours de vives critiques. Malgré le lancement par Air Algérie d’un site dédié spécialement à cet effet et l’annonce d’un objectif ambitieux – rapatrier 25 000 Algériens bloqués à l’étranger -, la polémique ne retombe pas.

Le maintien des autorisations spéciales d’entrée et de sortie du territoire suscite toujours des critiques de la part des Algériens bloqués à l’étranger et des parlementaires qui ont déjà affiché, à maintes reprises, leur opposition à cette mesure. Ces autorisations sont gérées par le ministère de l’Intérieur, mais les critères de leur octroi ne sont pas clairs.

Belmeddah et Benzaim écrivent au président Tebboune

Ce dimanche 3 janvier, le sénateur Abdelouahab Benzaim et le député de l’émigration Noreddine Belmeddah ont signé conjointement une lettre qu’ils ont adressée au président Abdelmadjid Tebboune. La lettre a été déposée au niveau des services de la présidence de la République, selon les deux parlementaires.

Articles en Relation

Dans leur lettre, Noreddine Belmeddah et Abdelouahab Benzaim dressent un tableau noir de la situation des ressortissants Algériens bloqués à l’étranger. Ils se disent « choqués » par la bureaucratie qui caractérise la gestion des opérations de rapatriement. Ils décrivent un processus bureaucratique complexe et incompréhensible.

Les listes de rapatriement sont établies par les services consulaires, mais elles doivent passer par le ministère des Affaires étrangères puis celui de l’Intérieur avant de revenir une nouvelle fois aux consulats qui les transmettent à Air Algérie parfois deux jours avant les vols, ce qui empêche certains citoyens d’embarquer dans les vols dans lesquels ils sont inscrits, détaillent les deux élus. Ils rappellent que des avions partent « presque vides, malgré le fait que le nombre d’inscrits se chiffre en milliers ».

« Notre communauté (…) souffre dans une amertume indescriptible car elle est devenue la seule communauté au monde à ne pas pouvoir rentrer dans son pays à ce jour », écrivent les deux parlementaires dans leur courrier au chef de l’État.

Les autorisations spéciales : le point noir

Noreddine Belmeddah et Abdelouahab Benzaim attirent l’attention du président sur le manque d’initiative de la part des responsables durant son absence pour des soins en Allemagne.

Ils ont également abordé la question des autorisations spéciales délivrées par le ministère de l’Intérieur pour entrer et sortir du pays. Noreddine Belmeddah et Abdelouahab Benzaim trouvent inconcevable qu’on demande aux Algériens une autorisation pour rentrer dans leur pays, en plus des inscriptions et des procédures assez lentes alors que les étrangers rentrent en Algérie et sortent quand ils veulent.

Les deux élus demandent la suppression pure et simple de ce document ainsi que des inscriptions auprès des services consulaires qui constituent des entraves, selon eux. Ils appellent à ce que les opérations soient confiées à Air Algérie et aux autres compagnies étrangères sous condition du respect du protocole sanitaire strict.

Guide De Voyage Algérie
Algérie
Toutes les procédures de voyage en Algérie
Voir Plus