1. Accueil
  2. Air Algérie
  3. Vols Air Algérie, situation en France : les réponses de Dr Bekkat Berkani
Air Algérie

Vols Air Algérie, situation en France : les réponses de Dr Bekkat Berkani

Depuis plusieurs jours, l’Algérie connaît une hausse inquiétante des cas de contamination au covid-19. La barre symbolique des 800 cas quotidiens a été franchie la semaine dernière.

La situation sanitaire dans certains pays desservis par les vols commerciaux dans le cadre de la réouverture partielle des frontières à l’image de la Tunisie ou de la France suscite également l’inquiétude. 

Le Dr Mohamed Bekkat Berkani, membre du Comité scientifique, répond à nos questions à ce sujet.

Un mot sur la situation épidémiologique inquiétante qui prévaut actuellement en Algérie ?

Il y a un effet rebond extraordinaire des infections qui est dû aux facteurs qui sont connus. Les mesures barrières ne sont pas respectées. À la nonchalance des citoyens s’ajoutent une certaine passivité des autorités.

Au vu de la situation catastrophique d’un point de vue sanitaire en Tunisie, pensez-vous toujours que l’Algérie doit suspendre les liaisons aériennes avec ce pays voisin ?

J’avais déjà donné mon avis sur la question avant que la situation ne devienne catastrophique. La suspension des vols est une mesure conservatoire pas définitive. Elle répond à une conjoncture donnée. Il y a un grave problème en Tunisie. Vu qu’il n’y a pas un flux très important avec ce pays, on peut suspendre les vols sans grande incidence.

La situation commence à devenir inquiétante en France, où réside la plus grande communauté algérienne à l’étranger. Faut-il également penser à suspendre les vols avec ce pays ?

Avec la France, la situation est plus compliquée par rapport au nombre d’Algériens qui y vivent. La reprise des vols avec ce pays est insuffisante. Il y a des nécessités sociales et économiques à préserver par ces rotations avec la France métropolitaine. Même si je pense que l’Algérie doit se défendre face aux menaces, je dois dire que la situation en France est assez maîtrisée.

Pour un Algérien qui vient de France, il est clair qu’un test PCR négatif de 36 h avant le départ plus un test antigénique à l’arrivée sont amplement suffisants pour éviter la mesure contraignante d’hébergement pendant plusieurs jours dans un hôtel.

Préconisez-vous la suppression du confinement malgré la situation difficile en France ?

Le taux de contamination parmi les confinés est quasi nul. Le variant est déjà en Algérie. La menace est ici, elle ne vient pas de l’étranger. Il ne faut pas oublier que les vols sont très peu nombreux. C’est au compte-goutte. Ce n’est pas suffisant. 

Il y a les mesures nécessaires. On peut exiger la vaccination au moins une dose qui date de quatorze jours. Il y a une troisième vague, c’est vrai, mais pour notre cas, elle est endogène.

On peut même augmenter les rotations parce que c’est nécessaire pour arrêter la détresse des Algériens qui vivent des problèmes sociaux énormes en France.

Guide De Voyage Algérie
Algérie
Toutes les procédures de voyage en Algérie
Voir Plus