1. Accueil
  2. Air Algérie
  3. Vols de rapatriement Air Algérie : ce qui va changer
Air Algérie

Vols de rapatriement Air Algérie : ce qui va changer

Temporairement suspendus par les autorités, les vols de rapatriement opérés par la compagnie nationale Air Algérie devraient reprendre progressivement.

Ce lundi 18 janvier, un Boeing 737 de la compagnie Air Algérie s’est envolé vers l’aéroport Mohamed V de Casablanca pour rapatrier des ressortissants algériens bloqués au Maroc, dont les douze étudiants refoulés par les agents de l’immigration à l’aéroport de Montréal.

À compter de jeudi 21 janvier, un troisième vol quotidien depuis Paris apparaît au programme. Le vol AH 1001 depuis l’aéroport de Paris Charles de Gaulle débutera le 21 janvier.

Articles en Relation

Contactée, une source au sein de la compagnie nationale affirme que cette nouvelle desserte a été programmée pour regrouper les ressortissants des autres villes de France notamment après l’annulation des vols depuis Lille, Marseille, Lyon et Metz dernièrement.

Reprise du rapatriement : le comité scientifique favorable

Selon des informations recueillies par visa-algerie.com, le comité scientifique de suivi de l’évolution du Covid-19 en Algérie a été sollicité récemment pour donner son avis sur une reprise des vols de rapatriement d’Air Algérie.

Et bonne nouvelle : les experts du comité scientifique ont rendu un avis favorable pour la reprise des vols de rapatriement qui ont été partiellement suspendus le 10 janvier dernier, ont précisé nos sources.

Lors de l’entretien qu’il nous avait accordé le 6 janvier dernier, Dr Bekkat Berkani, membre du comité scientifique, avait déclaré que les opérations de rapatriement devaient se poursuivre au-delà du 31 janvier.

« L’opération de rapatriement doit continuer. On n’a pas le droit de laisser nos concitoyens à l’extérieur », avait-il dit.

« À mon sens, un test PCR de 72 heures et des listes gérées uniquement par les consulats serait largement suffisant. Mettre en place une sorte de parcours bureaucratique et passer de ministère en ministère, c’est trop. Nos concitoyens ont été pénalisés par ces procédures », avait ajouté Dr Bekkani.

Autorisations spéciales : ce qui va changer

Il semble avoir été entendu. La suspension des vols de rapatriement serait due à la mauvaise gestion des listes de rapatriement qui avait suscité beaucoup de critiques. Des parlementaires avaient même saisi le président de la République notamment au sujet des autorisations spéciales, d’entrée et de sortie du territoire national, qui étaient délivrées par les services du ministère de l’Intérieur.

Selon nos informations, le ministère des Affaires étrangères récupère l’entière responsabilité sur la gestion des listes de rapatriement y compris l’établissement des autorisations d’entrée en Algérie. Si les autorisations qui ont suscité la controverse sont maintenues, elles seront désormais établies par les consulats généraux d’Algérie à l’étranger.

Le ministère de l’Intérieur n’est plus concerné par l’établissement des listes des candidats au rapatriement. Avant, les listes étaient établies par les consulats et devaient passer au ministère des Affaires étrangères puis celui de l’Intérieur avant de revenir aux consulats pour être transmises à Air Algérie.

Désormais, cette procédure jugée « bureaucratique » a été modifiée pour permettre plus de souplesse dans la gestion des listes de rapatriement et éviter que des avions Air Algérie reviennent avec des sièges vides comme cela a été le cas lors des dernières opérations de rapatriement.

La Newsletter
Restez bien informés : recevez les dernières infos et alertes en vous inscrivant Gratuitement à notre Newsletter.
Guide De Voyage Algérie
Algérie
Toutes les procédures de voyage en Algérie
Voir Plus