1. Accueil
  2. Air Algérie
  3. Vols vers l’Algérie : le casse-tête du confinement obligatoire
Air Algérie

Vols vers l’Algérie : le casse-tête du confinement obligatoire

Cela fait quinze jours depuis que les vols commerciaux internationaux ont repris de et vers l’Algérie. Désormais, ce sont huit compagnies aériennes qui assurent des dessertes : Air Algérie, Air France, Transavia, Lufthansa, Alitalia, Turkish Airlines et Tunsair. ASL Airlines a également obtenu l’accord des autorités algériennes pour opérer un premier vol commercial dans les prochains jours.

Au départ, la reprise était réduite à six vols hebdomadaires de la compagnie aérienne nationale Air Algérie depuis quatre pays à savoir, la France. Air Algérie a ensuite annoncé la programmation de deux nouveaux vols hebdomadaires de et vers l’Allemagne (Francfort) et l’Italie (Rome).

Algérie : quinze vols internationaux prévus cette semaine

À ces huit vols de la compagnie nationale, sont venus s’ajouter les vols de la Turkish Airlines de la Tunisair, Lufthansa Alitalia, avec un vol hebdomadaire pour chacune des compagnies.

Tout récemment, les compagnies françaises Air France et Transavia  ont annoncé des vols commerciaux à partir du 16 juin (deux vols pour Air France et un vol pour Transavia). Soit une moyenne de deux vols par jour.

Au total, quinze vols commerciaux sont au programme tout le long de cette semaine de et vers les aéroports d’Alger, en grande partie, d’Oran et de Constantine.

Air Algérie, qui a mobilisé ses Airbus A330-200 peut aller jusqu’à une capacité de 2096 passagers par semaine. Pour son vol hebdomadaire, la Turkish Airlines peut atteindre les 297 passagers sur son Airbus A330-300. 

Moins offensive, Lufthansa peut aller jusqu’à 124 passagers environ tout comme Alitalia qui utilise ce même type d’avion pour ses vols avec l’Algérie. Tunisair, dont les passagers sont confinés à Constantine, est capable d’arriver à 162 sièges sur l’Airbus A320. 

Air France envisageait initialement de déployer son Boeing 777-300 qui peut atteindre jusqu’à 468 passagers a finalement opté pour une version plus légère (777-2000) vu qu’elle a été contrainte de limiter les places vendues à 250 passagers par vol. Les deux vols mis en vente aujourd’hui ont été vendus, soit un total de 500 billets.

Confinement : voici la capacité des hôtels réquisitionnés

Alors que la communauté algérienne demande une hausse du nombre de vols, les autorités algériennes sont confrontées à un problème de taille : la gestion du confinement obligatoire de cinq jours. Une hausse du nombre de vols doit s’accompagner d’une augmentation des capacités d’hébergement.

Sur le territoire national, la capacité des différents hôtels réquisitionnés pour l’opération confinement se présente comme suit, selon les données publiques concernant les 18 hôtels impliqués dans l’opération : 

Alger : 79 bungalows de type F3 et 20 appartements de type F2, 186 appartements et studios, plusieurs F2 et F3, ainsi que 26 bungalows de deux-pièces, 1200 chambres et suites sur les sept établissements publics relevant du groupe HTT (Mazafran, Sable d’Or, Résidence Zérala, Marsa Marina, RiadhRaïs) et trois privés à savoir, le Holliday Inn, Numedien, Adrir.

Tipasa : 43 villas et de deux hôtels, avec une capacité totale de 740 chambres au complexe touristique de Matarès. Hôtel Essalem doté d’une capacité de 114 chambres pouvant acceuillir jusqu’à 190 personnes.

Oran : 175 bungalows et villas, 402 chambres au complexe les Andalouses.

Constantine : 528 chambres pour les quatre hôtels privés (El Khayem, El Bey, Hocne, Ibis) et l’établissement public Le Panoramic.

Boumerdes : 104 chambres de l’hôtel Amine mis à disposition des organisateurs de l’opération confinement.

Confinement : les hôtels sont déjà saturés

Au total, environ 3 300 passagers, voire plus, sont attendus chaque semaine compte tenu des capacités des compagnies et de l’état de vente des billets d’avion. Pour les accueillir, il y a un total de 3 088 chambres, 280 bungalows, 206 appartements qui ne sont pas totalement vides vu qu’ils sont occupés par les passagers de la semaine d’avant. 

Augmenter les capacités de confinement risque de s’avérer difficile. Les hôtels misent sur la saison estivale qui arrive pour tenter de relancer leur activité, au point mort depuis plus d’une année. Accueillir des passagers confinés en plein été n’est pas rentable au regard du prix dérisoire appliqué : 33.000 dinars pour 5 jours, test covid-19 inclus.

La Newsletter
Restez bien informés : recevez les dernières infos et alertes en vous inscrivant Gratuitement à notre Newsletter.
Guide De Voyage Algérie
Algérie
Toutes les procédures de voyage en Algérie
Voir Plus