1. Accueil
  2. Voyages et Tourisme
  3. Voyage Algérie : ces nouveaux « business » qui voient le jour
Voyages et Tourisme

Voyage Algérie : ces nouveaux « business » qui voient le jour

Depuis l’annonce des programmes des traversées maritimes et des vols pour l’été vers l’Algérie, les réseaux sociaux sont en ébullition. À côté des nombreux postes d’internautes dénonçant les prix des billets d’avion et les difficultés de réserver sur Algérie Ferries, d’autres annonces enflamment carrément Facebook et Twitter.

Depuis la reprise des traversées maritimes et des vols vers l’Algérie et le renforcement des programmes pour la saison estivale, les membres de la communauté algérienne à l’étranger, notamment en France, n’arrêtent pas d’exprimer leur mécontentement sur la situation.

Entre les prix des billets jugés excessivement chers, le manque de places sur les bateaux vers l’Algérie et les difficultés de réservation, les réseaux sociaux regorgent d’intervention de nombreux internautes algériens qui dénoncent souvent les prestations dérisoires des compagnies aériennes et maritimes nationales Air Algérie et Algérie Ferries.

Bien que ces plaintes se fassent toujours quotidiennement par dizaines sur les réseaux sociaux, l’on constate que la demande sur les vols et les traversées vers l’Algérie reste forte. Même à des prix élevés, la destination Algérie est très demandée notamment en France.

Des billets de bateau et d’avion à vendre sur Facebook

Il est clair que de nombreux Algériens de France ont déjà réservé une date auprès des compagnies aériennes ou maritimes desservant l’Algérie. Dans ce contexte, un nouveau genre d’annonces (de business ?) a fait son apparition sur les réseaux sociaux ces derniers jours.

Depuis quelques jours, on constate une nette hausse des annonces d’internautes pour revendre des billets d’avion ou de bateaux qu’ils ont déjà achetés. « J’ai un billet aller-retour Alicante-Oran, une personne, cabine avec voiture le 7 juillet- 23 août. À vendre », lit-on par exemple dans une annonce sur Facebook.

Pour justifier ces ventes de billets, certains internautes affirment qu’ils ont changé d’avis et ne veulent plus voyager au pays, où qu’ils souhaitent changer de date. Mais, il est évident qu’il y aurait certains qui profitent de la situation pour revendre des billets achetés souvent par le biais de « relations » au sein des compagnies. Chose qui a été dénoncée à maintes reprises d’ailleurs.

Des bagages à 3 euros le kg : le business gagnant de la reprise

D’autres passagers s’improvisent transitaires et coursiers, en offrant des services de transport de marchandises entre la France et l’Algérie et inversement. Certains le font de manière occasionnelle mais d’autres semblent en avoir fait un véritable business. Ils proposent de collecter les bagages un peu partout en France à partir de 3 € le kg, avec généralement un minimum de 4 à 5 kg.

Sur un poste publié ce dimanche 19 juin sur Facebook, un internaute écrit : « je suis transporteur de bagages en région parisienne à 3,5 euros le kg. Je fais toutes les wilayas ». Avec le numéro de téléphone joint à la publication, ce « coursier » prospecte ainsi pour d’éventuels clients pour les jours à venir.

D’ailleurs, c’est un point que le député de l’émigration, Tawfik Khedim, a soulevé ce samedi 18 juin sur sa page Facebook.

« Cette catégorie de voyageurs, de petits affairistes, vient et revient plusieurs fois durant l’été tandis que les autres passagers, notamment les familles, ne trouvent pas de billets pour une seule traversée », a-t-il dénoncé.

Si les acteurs de ce business lucratif ne chôment pas, notamment après les deux ans de fermeture, c’est parce que cette activité manque cruellement d’encadrement juridique et économique. Par conséquent, les Algériens voulant expédier des effets vers le pays n’ont de choix que de se rabattre sur ces transitaires.

La Newsletter
Restez bien informés : recevez les dernières infos et alertes en vous inscrivant Gratuitement à notre Newsletter.
Guide De Voyage Algérie
Algérie
Toutes les procédures de voyage en Algérie
Voir Plus