1. Accueil
  2. Voyages et Tourisme
  3. Voyage Algérie : Corsica Linea répond à une passagère mécontente
Voyages et Tourisme

Voyage Algérie : Corsica Linea répond à une passagère mécontente

Voyage Algérie : Corsica Linea répond à une passagère mécontente

Corsica linea. Image par : Mini Iguy / Adobe Stock

Quoi de plus frustrant qu’un énorme retard quand on part en voyage ? Les habitués des traversées entre l’Algérie et la France savent que ces retards sont monnaie courante dans les ports, et que cela est devenu presque la norme depuis la reprise des voyages.

Si la majorité des passagers prennent leur mal en patience et oublient ce qui s’est passé en arrivant à destination, d’autres ne se laissent pas faire et tentent, autant que faire se peut, d’obtenir une compensation du temps et de la peine perdus à attendre le navire.

Corsica Linea : retard sur la traversée Marseille – Alger

C’est le cas d’une passagère algérienne qui a souffert d’un retard de la compagnie maritime française Corsica Linea. Suite à une attente qu’elle n’avait apparemment pas bien supportée, elle a demandé, via email, une compensation financière à la compagnie maritime française et cette dernière lui a répondu.

“Nous avons bien reçu votre message…. Vous nous faites part d’un retard observé à l’occasion du départ de votre traversée Marseille – Alger 10/07/2022 à bord du Méditerranée et nous en sommes navrés”, écrit la chargée de clientèle de Corsica Linea pour commencer sa réponse à la demande de la voyageuse algérienne.

Dans la suite de son mail, la compagnie maritime française explique que le départ tardif de la traversée Marseille – Alger était causé par un autre retard, celui de la précédente traversée, soit celle d’Alger – Marseille. Un retard causé, argue Corsica, par une demande des autorités portuaires algériennes.

“Votre traversée fut impactée suite au retard réalisé sur le précédent voyage”, peut-on lire sur l’émail de Corsica Linea partagé par la plaignante. La chargée de clientèle de la compagnie maritime française explique que “le 9 juillet, et conformément à la demande des autorités portuaires algériennes (Police, douanes, capitainerie), nous n’avons pas pu accoster dans les délais impartis”.

C’est la faute à l’Aïd el Kebir !

Cette demande des autorités portuaires algériennes, qui a empêché le navire le Méditerranée d’accoster à temps a été formulée “à cause de l’Aïd”, précise-t-on dans l’émail de Corsica Linea, “ce qui a engendré un retard sur les traversées suivantes que nous n’avons pas pu rattraper en mer”, poursuit-on.

Après avoir exposé ce qui a été qualifié de “circonstance exceptionnelle”, Corsica Linea informe la voyageuse plaignante que “la compagne ne peut être tenue responsable”, et que, “En application du règlement européen (UE) N° 1177/2010, (…) il s’agit là d’un cas d’exonération… nous regrettons donc de ne pouvoir donner suite à votre demande”, conclut Corsica Linea.

La passagère, peu convaincue des explications de la compagnie maritime française, préfère répondre avec ironie. “Comme s’il n’y avait que mon seul départ qui était en retard”, commente-t-elle ironiquement.

La Newsletter
Restez bien informés : recevez les dernières infos et alertes en vous inscrivant Gratuitement à notre Newsletter.
Guide De Voyage Algérie
Algérie
Toutes les procédures de voyage en Algérie
Voir Plus