1. Accueil
  2. Air Algérie
  3. Voyageurs algériens bloqués à Roissy : l’affaire devient politique
Air Algérie

Voyageurs algériens bloqués à Roissy : l’affaire devient politique

Depuis le 26 février dernier, 27 Algériens sont bloqués en zone internationale de l’aéroport de Paris Roissy Charles de Gaulle.

Ils ont été empêchés d’embarquer à bord des derniers vols de rapatriement Air Algérie alors qu’ils disposaient de billets confirmés achetés à Londres auprès de l’agence locale de la compagnie aérienne nationale.

La décision de les empêcher d’embarquer est liée au fait qu’ils venaient du Royaume-Uni, un pays où sévissait le variant anglais du coronavirus.

Articles en Relation

Un mois de bras de fer avec Air Algérie

Depuis bientôt un mois, un bras de fer s’est engagé entre les deux parties, chacun campant sur ses positions.

Les autorités algériennes et Air Algérie leur proposent de repartir au Royaume-Uni et d’attendre la réouverture des frontières. La compagnie aérienne algérienne propose de prendre en charge leurs billets retour vers Londres.

Articles en Relation

Les voyageurs bloqués, parmi lesquels figurent des enfants et des personnes âgées, refusent et exigent d’être transportés en Algérie. Ils ne comprennent pas l’attitude des autorités qui laissent d’autres personnes voyager quotidiennement à bord des vols Air France entre Roissy et Alger. Ils ont décidé de s’attacher les services d’une avocate pour attaquer Air Algérie en justice.

La semaine dernière, l’affaire a été fortement médiatisée en France et en Algérie. Désormais, elle suscite des réactions politiques en Algérie.

Hier, le sénateur FLN Abdelouahab Benzaim a adressé une question écrite au ministre des Affaires étrangères Sabri Boukadoum, dans laquelle il lui demande de trouver une solution au cas de ces familles algériennes bloquées à Roissy Charles de Gaulle.

« L’État doit les prendre en charge »

« Mr le ministre, ce n’est pas logique qu’on laisse nos enfants pendant trente jours dans un aéroport… L’État doit les prendre en charge », écrit Benzaïm dans sa lettre.

Ce lundi, c’est le parti Jil Jadid qui réagit. « Quelles qu’en soient les circonstances à l’origine de cette situation, les conditions dans lesquelles se trouvent ces familles, au nombre desquelles on compte des personnes âgées et vulnérables ainsi que des enfants en bas âge, nous inquiètent et suscitent, à raison, interrogations et indignation », écrit Jil Jadid Europe dans un communiqué.

Jil Jadid appelle à laisser ces familles rentrer en Algérie dans le respect des protocoles sanitaires liés au covid-19. « La situation humanitaire de nos compatriotes bloqués, à Paris comme ailleurs, est en effet préoccupante et nécessite une réponse humanitaire réactive et adaptée », ajoute Jil Jadid.

Guide De Voyage Algérie
Algérie
Toutes les procédures de voyage en Algérie
Voir Plus