1. Accueil
  2. Visas et Immigration
  3. En France, expulsions de sans-papiers algériens au point mort
Visas et Immigration

En France, expulsions de sans-papiers algériens au point mort

Ils sont considérés comme des étrangers illégaux sur le territoire français. La France les maintient dans des centres de rétention administrative (CRA) avant d’être expulsés dans leur pays d’origine, l’Algérie. Mais depuis la crise sanitaire, les vols sont rares vers l’Algérie et aucun laissez-passer consulaire n’est délivré.

Inquiétudes sur la situation sanitaire, rétention utilisée à des fins répressives, durcissement côté judiciaire… Le centre de rétention pour sans-papiers le plus petit de France, qui dispose d’une vingtaine de places, est désormais plein et semble pâtir d’un changement de positionnement des magistrats.

Des sans-papiers marocains se font passer pour des Algériens

Parmi les sans-papiers en attente d’expulsion dans le centre, une majorité d’Algériens. « Certains Marocains se font passer pour des Algériens pour éviter l’expulsion » explique Walid C., un sans-papiers algérien présent dans le centre, interrogé ce mardi 21 septembre par France 3. 

Interviewée par France 3 Nouvelle-Aquitaine, Maître Delphine Méaud, avocate au barreau de Bordeaux, affirme que « jusqu’à présent, à Bordeaux, la jurisprudence était favorable à ces ressortissants. Après les 48 premières heures de rétention […] les personnes étaient libérées. Mais depuis une grosse semaine, les magistrats ont changé de position. »

De son côté, la Cimade pointe du doigt des locaux situés en sous-sols, avec une aération « difficile, voire impossible à certains endroits ». L’association rapporte également qu’un foyer épidémique avait été détecté en octobre 2020, alors que le taux d’occupation du centre n’excédait pas les 50 %. Des propos nuancés par la préfecture de la Gironde, qui assure que les protocoles sanitaires sont respectés.

Pourquoi 252 sans-papiers algériens veulent quitter la France

Les ressortissants algériens en situation irrégulière en France, dans l’incertitude, n’ont pas de perspectives concrètes : aucune expulsion n’est réalisable du fait des frontières partiellement fermées et des transferts vers différents CRA sont réalisés, sans qu’ils en soient informés.

C’est le cas de Walid C. Ce pâtissier confirme qu’il « n’a reçu aucune explication » concernant son arrivée à Bordeaux, après avoir séjourné à la prison de Gradignan et avoir été retenu à Hendaye.

Selon le rapport annuel de la Cimade, 970 ressortissants algériens ont été enfermés dans des CRA entre le 17 mars et le 31 décembre 2020 en France. Seuls 0,5 % d’entre eux ont été expulsés vers l’Algérie.

La Newsletter
Restez bien informés : recevez les dernières infos et alertes en vous inscrivant Gratuitement à notre Newsletter.
Guide De Voyage Algérie
Algérie
Toutes les procédures de voyage en Algérie
Voir Plus