1. Accueil
  2. Actualités
  3. Visas pour la France : moins pour les étudiants, plus pour les professionnels
Actualités

Visas pour la France : moins pour les étudiants, plus pour les professionnels

Le nombre de visas Schengen délivrés par les consulats de France en Algérie a reculé en 2019, mais l’immigration légale reste stable, a indiqué Marc Sédille, consul général de France en Algérie, cité par TSA.

En effet, 5% (13 000) des visas délivrés sont des visas d’installation, a précisé le consul. « L’immigration légale se poursuit normalement, elle est stable, même s’il y a toujours des gens insatisfaits. Pour les conjoints de Français, le taux de délivrance est de 85%. Un peu plus de la moitié de l’immigration légale est une immigration familiale. Le reste c’est les étudiants et l’immigration professionnelle ».

En revanche, le nombre de visas accordés aux étudiants est en baisse, passant de 6346 en 2018 à 5273 visas en 2019. Pour Marc Sédille, deux facteurs essentiels expliquent cette tendance : la baisse de la demande, qui est la conséquence des annonces sur les frais d’inscription dans les universités, ainsi que la difficulté récurrente pour les jeunes Algériens à financer leur séjour en France.

« Cela dit, tempère le consul, la destination France reste la plus importante pour les étudiants algériens. Plus de 30 000 étudiants algériens poursuivent leurs études en France et il y a un effort consenti par la France pour compenser l’impact de la hausse des frais universitaires sur les étudiants algériens par des exonérations et des bourses supplémentaires octroyées aux plus méritants. »

L’immigration professionnelle est quant à elle « en plein boom », constate le consul.  « En trois ans, elle a été multipliée par trois, atteignant 1500 visas professionnels en 2019 », a-t-il indiqué.

Marc Sédille a par ailleurs évoqué l’accord sur les jeunes actifs signé en 2015 entre les deux pays : « Il devrait permettre aux jeunes Français et Algériens d’effectuer des séjours professionnels en Algérie et en France pendant une durée maximale de deux ans, afin d’acquérir une expérience à l’international et revenir la valoriser dans leur pays. On travaille avec les autorités algériennes pour mettre en œuvre cet accord durant cette année 2020. Ça va dans le sens de la mobilité de la jeunesse. C’est un accord très positif », a-t-il souligné.


À lire également : Baisse du nombre de visas Schengen délivrés par la France aux Algériens

Guide De Voyage Algérie
Algérie
Toutes les procédures de voyage en Algérie
Voir Plus