1. Accueil
  2. Air Algérie
  3. Air Algérie, Algérie Ferries : le plan d’urgence du gouvernement
Air Algérie

Air Algérie, Algérie Ferries : le plan d’urgence du gouvernement

La crise sanitaire qui sévit en Algérie depuis mars 2020 a touché le secteur du transport de plein fouet. La fermeture des frontières, décidée par les autorités au tout début de la propagation du virus, a fortement impacté les compagnies nationales de transport aérien et maritime.

Prix, flotte, vols : tout sur les 5 low cost concurrentes d’Air Algérie

Air Algérie et Algérie Ferries sont entrées en grave crise financière suite à la suspension du trafic régulier international qui représente leur principale source de revenus.

Air Algérie a terminé l’année 2020 avec des pertes estimées à environ 40 milliards de dinars. L’année 2021 ne s’annonce guère meilleure, malgré une reprise partielle du trafic aérien international. De son côté, Algérie Ferries est arrivée à une situation tellement difficile qu’elle était sur le point de ne pas pouvoir assurer les salaires de ses employés au début de l’année 2021.

Articles en Relation

Aérien : le plan d’urgence du gouvernement algérien

Le gouvernement algérien, réuni ce dimanche 15 août, a évoqué la situation des compagnies nationales de transport.

Durant cette réunion, le ministre des transports a exposé son « plan d’urgence » qui comporte des mesures de « restructuration de la flotte maritime et aérienne nationale, de telle sorte qu’elle puisse jouer son rôle de vecteur de croissance ».

Le Premier ministre algérien Aimene Benabderrahmane a insisté sur l’optimisation de ‘’ l’organisation du secteur et de moderniser le management des compagnies nationales de transports, l’ouverture du transport aérien à l’investissement privé, l’augmentation de la part du marché du pavillon national, en sus de l’amélioration de la qualité des prestations fournies aux citoyens.’’

Air Algérie et Algérie Ferries : une gestion à revoir

Il est vrai que le modèle de gestion d’Air Algérie ou d’Algérie Ferries a montré ses limites, il y a de cela plusieurs années. Les deux compagnies n’arrivent pas à suivre le rythme de l’évolution de leur secteur. Une révision totale de la façon d’entreprendre leur gestion est plus que nécessaire. En tant qu’entreprises à vocation commerciales, elles doivent être gérées de manière à ce qu’elles soient capables de faire sans l’aide de l’Etat.

Le Premier ministre a également abordé un point très important, celui de l’ouverture du transport aérien à l’investissement privé. En effet, Air Algérie n’arrive plus à lutter seule contre la concurrence des compagnies aériennes étrangères notamment les low-cost.

Air Algérie : accélérer l’ouverture du secteur aérien au privé

La présence d’autres compagnies aériennes nationales permettra à Air Algérie de se focaliser sur des marchés spécifiques et d’économiser ses efforts financiers et logistiques pour des objectifs bien précis.

Seule, Air Algérie ne pourra jamais atteindre ces objectifs. Il est temps que la compagnie aérienne nationale avec son potentiel énorme puisse lutter convenablement devant la concurrence féroce des compagnies aériennes étrangères et aspirer à conquérir des marchés nouveaux notamment en Afrique.

L’arrivée attendue du privé dans le secteur aérien en Algérie devrait booster la concurrence qui sera à même d’améliorer la qualité des prestations fournies aux clients. Sur le réseau domestique, Air Algérie est pratiquement seule malgré la présence de Tassili Airlines qui est plutôt implantée dans le sud où se trouvent les installations pétrolières de sa maison mère Sonatrach.

La tendance à aller vers l’ouverture au privé se confirme donc. Il reste à savoir quelle forme prendra cette ouverture qui doit être bien étudiée pour apporter les résultats escomptés.

La Newsletter
Restez bien informés : recevez les dernières infos et alertes en vous inscrivant Gratuitement à notre Newsletter.
Guide De Voyage Algérie
Algérie
Toutes les procédures de voyage en Algérie
Voir Plus