1. Accueil
  2. Voyages et Tourisme
  3. France – Algérie : pourquoi les voyages sont toujours difficiles
Voyages et Tourisme

France – Algérie : pourquoi les voyages sont toujours difficiles

Malgré une situation sanitaire bien maîtrisée et des chiffres de contamination en baisse, voyager entre France et Algérie relève toujours du parcours du combattant.

Jeudi 17 mars, les autorités algériennes ont annoncé un allègement important du protocole sanitaire concernant les voyageurs en provenance de l’étranger. Une nouvelle qui va dans le bon sens : à compter de ce dimanche, les tests de dépistage Covid sont supprimés et seul le pass vaccinal est demandé aux voyageurs vaccinés venant par avion, voie maritime ou terrestre.

La situation sanitaire stable de l’Algérie, avec une vingtaine de nouveaux cas par jour, a permis cet assouplissement, ce qui est également encourageant pour la hausse des vols internationaux qui sera bientôt annoncée.

Articles en Relation

Cependant, malgré l’endiguement de la pandémie, la France n’a toujours pas retiré l’Algérie de sa liste des pays « Orange », dits dangereux sur le plan sanitaire. C’est pourquoi les déplacements dans le sens Algérie/France sont toujours limités et soumis à un motif impérieux. Alors que le Maroc et la Tunisie sont repassés en liste verte, l’Algérie est donc le seul pays du Maghreb à être encore mis à l’écart.

Programme restreint et prix exorbitants

A cette situation complexe s’ajoutent d’autres facteurs qui font s’apparenter les voyages à une mission impossible, notamment pour les familles et les personnes à faibles revenus. Depuis la réouverture partielle des frontières en juin dernier, les billets d’avion n’ont jamais été aussi chers, que ce soit chez Air Algérie ou des compagnies étrangères.

A titre d’exemple, il faut compter actuellement au minimum 500 euros pour un aller simple, sans bagage en soute. Le gouvernement algérien maintient un programme de vols très réduit, un dispositif qui ne se justifie pas concrètement. Au départ de la France, précisément, la demande est forte et l’offre ne suit pas. Avec seulement une cinquantaine de vols par semaine contre 300 avant la crise sanitaire, la rareté des billets explique leur prix indécent.

Alors que quelques jours nous séparent du Ramadan et que les vacances d’été se rapprochent, difficile pour les Algériens de France de prévoir le moindre déplacement. Les voyageurs arrivent à bout de patience, et l’incompréhension règne.

La Newsletter
Restez bien informés : recevez les dernières infos et alertes en vous inscrivant Gratuitement à notre Newsletter.
Guide De Voyage Algérie
Algérie
Toutes les procédures de voyage en Algérie
Voir Plus