1. Accueil
  2. Divers
  3. France : mobilisation pour un Algérien et son fils menacés d’expulsion
Divers

France : mobilisation pour un Algérien et son fils menacés d’expulsion

Installé en France depuis 2019 pour pouvoir soigner son fils atteint d’une maladie grave, Djamel N.A, un Algérien âgé de 44 ans, fait l’objet d’une procédure d’expulsion du territoire français décidée par la préfecture de police de Paris, rapporte, ce lundi 9 août, le journal Le Parisien.

Pourtant, le père de famille jouit d’une situation économique plutôt stable puisqu’il travaille et dispose d’un logement. Mais pour la préfecture de police de Paris, la présence du fils de Djamel en France n’est pas justifiée, car son cas peut être traité dans les hôpitaux en Algérie. La préfecture se base sur un avis médical émis par l’Office Français de l’Immigration et de l’Intégration (OFII).

Un cas impossible à traiter en Algérie

Une affirmation que réfute Djamel qui est sous le coup d’une mesure de reconduite à la frontière depuis le 28 juillet dernier. Le papa du petit Aymen, 13 ans, qui souffre d’une ostéogenèse imparfaite, une maladie orpheline des os, s’appuie sur le diagnostic d’un médecin de l’hôpital parisien de Necker où son fils est suivi.

L’avocat de la famille de Djamel, Me Lemichel, est également en désaccord avec la version de la préfecture. Selon lui, l’état de santé de l’enfant est très grave et l’Algérie « n’est aucunement en mesure de fournir des soins adaptés ».

Djamel s’appuie également sur l’avis écrit d’un professeur en Algérie qui lui a établi un certificat attestant que le cas de son fils Aymen ne peut pas être traité dans les hôpitaux algériens.

Une situation incompréhensible pour Djamel qui a pu renouveler son titre de séjour à trois reprises déjà. L’Algérien travaille depuis septembre 2020 dans le cadre d’un emploi d’insertion. Passerelle 17, la structure d’insertion qui a embauché le père de famille algérien, a également fait état de son incompréhension.

« L’absurdité de la chose, c’est que nous avons commencé à insérer Djamel sur le marché du travail. Il a un dossier qui a été défendu par la direction du travail et malgré cela, en cours de formation, on décide de l’expulser. C’est donc une insertion et de l’argent perdus », s’indigne Bertrand Julien, président d’honneur de Passerelle 17.

Des politiques se mobilisent pour le ressortissant algérien

Le cas du petit Aymen et de son papa a suscité un grand élan de solidarité qui a vu l’implication d’hommes politiques français de diverses tendances. Stanislas Guérini, délégué général de La République en Marche (LREM) et Danièle Obono, députée de La France Insoumise, ont saisi la préfecture par le biais de lettres lui demandant la révision du dossier du père de famille.

Pour le moment, la préfecture n’a pas répondu à ces lettres. Face à cette situation, Djamel est abattu.

Jouissant d’une bonne réputation auprès de ses collègues, Djamel attend également les décisions concernant les recours qu’il a déposés, un recours contentieux et un référé. Selon son avocat, « le référé devrait fournir une réponse d’ici fin août, début septembre ».

Une pétition en ligne a été lancée par la directrice de Passerelle 17 avec l’objectif d’attirer l’attention du préfet de Paris Didier Lallament sur le sort de l’Algérien et de son fils.

La Newsletter
Restez bien informés : recevez les dernières infos et alertes en vous inscrivant Gratuitement à notre Newsletter.
Guide De Voyage Algérie
Algérie
Toutes les procédures de voyage en Algérie
Voir Plus