1. Accueil
  2. Voyages et Tourisme
  3. Nouvelle-Zélande : fini le tourisme à petit budget  
Voyages et Tourisme

Nouvelle-Zélande : fini le tourisme à petit budget  

La Nouvelle-Zélande veut choisir ses touristes. Actuellement le pays est fermé aux touristes en raison du coronavirus, mais pour la reprise du tourisme après la pandémie, le nouveau ministre du Tourisme néo-zélandais a clairement dévoilé son objectif : cibler les voyageurs fortunés plutôt que les routards, qui représentaient jusque-là une grande partie des touristes qui viennent visiter la Nouvelle-Zélande, rapporte The Guardian.

La Nouvelle-Zélande a surtout un problème avec les routards, qui voyagent en camping-car ou avec juste un grand sac à dos et qui font leurs besoins aux bords des routes néo-zélandaises. Le ministre du Tourisme est allé jusqu’à déclarer à Radio New Zealand qu’il interdirait la location de vans et de camping-cars qui ne sont pas équipées de toilettes.

« Si vous êtes prêt à payer pour un camping-car, vous avez au moins la possibilité de vous débarrasser de vos déchets d’une manière qui respecte nos objectifs de durabilité, et très franchement notre image de marque », a expliqué le ministre.

Le touriste idéal dépenserait beaucoup plus

Dans un discours prononcé à la conférence de l’industrie du tourisme à Wellington, le ministre du Tourisme a déclaré que le ralentissement économique imposé par la Covid-19 permettrait de faire pivoter les efforts de marketing du gouvernement vers les « personnes à fortune élevée ». 

Le ministre a toutefois expliqué que son pays ne compte pas fermer les frontières aux personnes moins fortunées : « Nous ne disons pas “ne venez pas”. Ce que je veux dire, c’est que tous nos efforts de marketing cibleront les personnes fortunées qui recherchent un coin de paradis en ce moment, alors qu’elles sont enfermées à New York, Londres, Berlin ou Paris ». 

Le touriste idéal a été désigné comme quelqu’un qui vole en classe affaires ou en classe économique supérieure, loue un hélicoptère autour de Franz Josef (le glacier de la côte ouest de l’île du Sud) et mange dans un restaurant haut de gamme, explique The Guardian.

Ce changement de stratégie touristique a été critiqué par certains, qui estiment que les touristes qui voyagent modestement, certes consomment moins, mais ont une empreinte carbone inférieure à ceux qui louent des hélicoptères.

La Nouvelle-Zélande ambitionne de devenir l’une des trois premières destinations touristiques mondiales « non pas en termes de nombre, mais d’aspiration », explique le ministre du Tourisme.

| Lire aussi : Nouvelle-Zélande : le hidjab intégré dans l’uniforme de la police

Guide De Voyage Algérie
Algérie
Toutes les procédures de voyage en Algérie
Voir Plus