1. Accueil
  2. Voyages et Tourisme
  3. Taux de change : comment évolue le dinar algérien sur le marché parallèle de la devise
Voyages et Tourisme

Taux de change : comment évolue le dinar algérien sur le marché parallèle de la devise

Sur le marché noir de la devise (Square Port Said), l’euro est repassé cette semaine au-dessus de la barre symbolique des 200 dinars algériens. Le dollar reste stable. En attendant la réouverture des frontières, le marché est calme.

Sept mois après la fermeture des frontières algériennes, le marché parallèle de la devise tourne toujours au ralenti. Ses principaux clients – les importateurs, les hadjis, les vacanciers, les malades qui se soignent à l’étranger… – ne voyagent plus.

La demande est forte en baisse. Mais l’offre est en également en baisse : les émigrés, qui constituent l’une des principales sources d’approvisionnement, sont absents. Les importateurs, qui utilisent la surfacturation, n’alimentent plus le marché comme avant.

Aujourd’hui, le marché est essentiellement alimenté par les retraités des régimes étrangers, notamment français. Ils perçoivent leur retraite en devises sur un compte ouvert en Algérie qu’ils convertissent ensuite en dinars sur le marché parallèle pour profiter de l’écart qui dépasse souvent les 25% pour les principales devises européennes.

Le marché noir de la devise semble avoir trouvé son équilibre

Malgré l’absence de clients, le marché noir semble avoir trouvé son équilibre. Après une baisse qui a ramené l’euro, principale devise échangée au Square Port Saïd, sous les 190 dinars (189 dinars) en juin dernier, à la suite de l’annonce d’une prolongation de la fermeture des frontières, il s’est progressivement équilibré.

Le cours de l’euro est soutenu par trois éléments :

  1. Le recul de la maladie du coronavirus en Algérie qui laisse espérer par périodes une réouverture des frontières dès que les choses vont commencer à s’améliorer en Europe
  2. La baisse du dinar sur les cotations officielles de la Banque d’Algérie. Depuis qu’il l’a franchie fin juillet dernier, l’euro n’est pas repassé sous la barre des 150 dinars dans les cotations interbancaires de la Banque d’Algérie.
  3. La stratégie des vendeurs qui refusent de « brader » leurs devises. Beaucoup d’intervenants sont convaincus que la baisse actuelle de l’euro n’est que conjoncturelle. Ils anticipent même une forte hausse après la réouverture des frontières de l’Algérie et la reprise des vols de la compagnie Air Algérie, même si l’écart actuel entre l’euro et le dinar est de 33%.

Résultat, cette semaine, l’euro a consolidé sa position sur le marché noir de la devise en repassant au-dessus des 200 dinars algériens pour la première fois depuis plusieurs mois. Le dollar reste stable à 165 DZD.

Guide De Voyage Algérie
Algérie
Toutes les procédures de voyage en Algérie
Voir Plus