1. Accueil
  2. Air Algérie
  3. Air Algérie : le spectre d’un boycott des vols internationaux
Air Algérie

Air Algérie : le spectre d’un boycott des vols internationaux

A une semaine de la reprise partielle des vols internationaux de et vers trois aéroports algériens, Air Algérie n’a toujours pas dévoilé les détails de son programme de vols.

Avec seulement six vols hebdomadaires depuis quatre pays (France, Turquie, Espagne et Tunisie), c’est plutôt une reprise à la douce que les autorités ont décidé pour cette « réouverture des frontières ».

Air Algérie : l’option du boycott gagne du terrain

Au-delà du faible nombre des vols décidé par le gouvernement, ce sont surtout les conditions fixées pour entrer en Algérie qui suscitent de vives critiques chez la communauté algérienne établie à l’étranger.

Articles en Relation

Parmi les mesures dénoncées figurent notamment la mise en quarantaine et le dépistage obligatoires en Algérie, le tout aux frais des passagers.

Les Algériens établis dans les quatre coins du monde font savoir leur mécontentement sur les réseaux sociaux notamment. Sur les différents groupes et forums de discussions, des appels au boycott des vols Air Algérie. Une idée qui est en train de gagner du terrain.

Articles en Relation

Des slogans sont repris massivement. ‘‘Je boycotte Air Algérie” ou ” Boycott Air Algérie” reviennent souvent en forme de photo-montage sur plusieurs publications.

Les autorités ont-elles placé la barre trop haut ?

Avec des billets d’avion qui ne coûteront pas moins de 500 euros en moyenne pour un aller simple, en plus des frais de dépistage et d’hébergement fixés à environ 50 000 dinars algériens par voyageurs, le voyage vers l’Algérie dans le cadre de la réouverture partielle des frontières à partir du 1er juin prochain ne sera pas à la portée de tout le monde.

Si des voyageurs affirment qu’ils ont décidé de boycotter les vols Air Algérie, d’autres n’ont tout simplement pas les moyens de se payer le voyage, vu les conditions imposées par le gouvernement pour les passagers en provenance de l’étranger. Car, pour certains voyageurs, il faudrait aussi payer un billet retour dans quelques semaines pour repartir à l’étranger.

Une situation qui n’arrange pas les affaires d’Air Algérie. La compagnie aérienne nationale, en très grande difficulté financière, attendait cette reprise depuis un bon moment déjà. Le pavillon national va enfin reprendre du service après avoir été réduit au rôle de spectateur pendant de longs mois alors que les compagnies étrangères opéraient des vols le plus normalement du monde.

Cependant, pour Air Algérie le spectre de voir les avions revenir vides de l’étranger plane. En effet, que ce soit en raison du boycott ou en raison des prix élevés des billets, ils risquent d’être peu nombreux ceux qui embarqueront à bord des vols de la compagnie nationale à partir du 1er juin prochain.

Air Algérie a déjà vécu le scénario des avions à moitié vides lors des dernières opérations de rapatriement où le retard pris dans la délivrance des autorisations avait empêché des centaines de passagers de prendre leurs vols.

Guide De Voyage Algérie
Algérie
Toutes les procédures de voyage en Algérie
Voir Plus