1. Accueil
  2. Divers
  3. Disney+ prépare une série sur un étudiant algérien tué en France
Divers

Disney+ prépare une série sur un étudiant algérien tué en France

La plateforme de streaming Disney+, qui produit désormais des contenus originaux pour les adultes, va consacrer l’une de ses séries à l’affaire Malik Oussekine, un étudiant d’origine algérienne qui avait été battu à mort par la police française en 1986.

Mort à 22 ans pour avoir été au mauvais endroit

Ce drame est intervenu au moment d’importantes manifestations étudiantes destinées à contester un projet de loi. Pour maîtriser les foules et s’opposer aux casseurs, le ministère de l’Intérieur met en place la brigade des “voltigeurs”, une brigade de policiers à moto, capables de se faufiler dans les cortèges et de poursuivre plus rapidement leurs cibles.

Dans la nuit du 5 au 6 décembre 1986, alors que Malik Oussekine, étudiant algérien, sort d’une boîte de jazz, ils croisent ces policiers à la recherche de “casseurs”. Ces agents ne réfléchissent pas une seule seconde et décident de poursuivre Malik qui ne cesse de se défendre.

Articles en Relation

Rien n’y fait, les policiers veulent s’acharner sur Malik Oussekine. Ce dernier parvient à rejoindre un immeuble, où un homme le laisse entrer et tente de la défendre. En vain, les trois policiers forcent la porte pour rentrer dans le hall d’immeuble et attaquent Malik, le rouant de coups de pied et de matraques, sous les yeux du deuxième homme.

Souffrant d’insuffisance rénale, les coups qu’il reçoit lui seront fatals. À l’âge de 22 ans, le jeune Malik décède sur place.

Articles en Relation

Dans ce reportage de Brut, les archives et ses proches racontent les faits au moment de la mort de Malik :

Articles en Relation

Le choc et après ?

Alors que le jeune Malik décède dans le hall d’immeuble, l’hôpital Cochin où il a été transporté en urgence, tente de cacher la raison et les circonstances de sa mort. On laisse croire que l’on a tenté de sauver l’étudiant en l’emmenant à l’hôpital. Son décès suscite une grande émotion. Le 8 décembre 1986, un rassemblement géant a lieu sur le lieu de sa mort. Etudiants et lycéens commémorent dans le silence la mort de Malik Oussekine.

Les policiers responsables de sa mort sont jugés pour “coups et blessures ayant entraîné la mort sans intention de la donner” et condamnés à des peines de prison entre 2 et 5 ans avec sursis. Ils ne mettront donc jamais les pieds en prison. La brigade des voltigeurs est quant à elle dissoute.

Malik qui a été visé seulement en raison de son apparence deviendra le symbole des injustices et des violences policières en France. D’autant plus que la justice a clairement minimisé la responsabilité des policiers qui se sont acharnés sur Malik.

Ce que propose Disney+ dans sa série

Disney+ propose un contenu inédit avec cette mini-série non seulement au sujet de la mort de Malik Oussekine mais aussi sur la question des violences policières. La série est une production originale française et sera composée de 4 épisodes de 52 minutes.

Derrière le projet on retrouve Antoine Chevrollier qui a déjà produit plusieurs séries politiques à succès comme le Bureau des Légendes ou encore Le Baron Noir. Pour l’écriture des épisodes, l’écrivaine d’origine algérienne Faïza Guene devrait le rejoindre.

Cette série permet de rouvrir le dossier de Malik Oussekine, dont l’histoire fait écho aux nombreuses violences policières qui se sont déroulées en France. Au moment où la contestation citoyenne gronde au sujet des dépassements des forces de l’ordre, ce projet cinématographique permet un rappel historique.

Peu de films ou de séries ont pu évoquer librement ce sujet en France. Si des films comme “Les Misérables” de Ladj Ly, qui a remporté une palme d’or à Cannes, ont ouvert une brèche dans ce non-dit, elle s’est aussitôt refermée.

Les violences policière ne sont clairement pas une nouveauté en France, on se souvient de la noyade des Algériens en 1961, et plus récemment les multiples violences durant les manifestations des gilets jaunes ou encore de ce passage à tabac d’un producteur parisien dans son studio d’enregistrement. Malgré l’émoi et les critiques qui en découlent, les autorités françaises persistent à minimiser ces actes qui ont mené trop souvent à des décès ou de sérieuses blessures.

Guide De Voyage Algérie
Algérie
Toutes les procédures de voyage en Algérie
Voir Plus