1. Accueil
  2. Lieux, Plats et Traditions
  3. Les 10 plats algériens à goûter au moins une fois dans sa vie
Lieux, Plats et Traditions

Les 10 plats algériens à goûter au moins une fois dans sa vie

La gastronomie algérienne est très riche grâce aux différentes cultures culinaires de ses régions. La cuisine algérienne reflète son histoire et grâce aux noms de ses plats et aux saveurs ressenties à chaque repas on devine l’héritage métissé de l’Algérie.

Malheureusement, cette richesse culinaire est finalement peu valorisée en dehors des foyers algériens. On adore manger la cuisine traditionnelle en famille, le patrimoine est transmis de génération en génération mais les restaurants gastronomiques sont très peu nombreux à proposer la diversité culinaire algérienne que ce soit en Algérie ou à l’étranger.

Pour vous aider dans votre quête de la tradition culinaire algérienne, nous avons fait une sélection d’une dizaine de plats algériens qu’il faut absolument essayer une fois dans sa vie.

Articles en Relation

Chakhchoukha biskria

Le sud-est algérien regorge de traditions culinaires, mais nous avons un faible pour la célèbre chakhchoukha de Biskra, un plat complet et généreux. Ce plat est composé de feuilles légères que l’on retrouve aussi dans le msemen et d’une sauce rouge relevée avec de l’agneau ou du poulet et accompagnée de nombreux légumes tels que la courgette ou les carottes. Ce plat se partage, il sera donc souvent servi dans un grand plat central où chaque convive se servira.

D’autres régions proposent des variantes de ce plat. Le nord-est algérien prépare ce plat en sauce rouge très pimentée, des pois chiches et de la viande d’agneau sous le nom de trida tajine ou naama. A l’ouest, on le nomme rougag et on le prépare en sauce blanche avec du poulet, de la cannelle, des navets et des carottes.

Articles en Relation

Couscous rose

Le couscous devait forcément trôner dans notre liste tant il représente la cuisine algérienne et nord-africaine dans son ensemble. Le couscous rose nous semblait intéressant à découvrir, car il est peu cuisiné et il est unique dans toute la région du Maghreb.

Tradition de Miliana, le couscous rose doit son nom aux grenades que l’on cuisine avec une semoule très légère. Rose aussi pour l’eau de rose qui parfume le couscous. Désormais on trouve également des versions avec de la fleur d’oranger.

Articles en Relation

Ce couscous se déguste chaud pour des occasions très spéciales et sera plutôt proposé durant l’été.

Mesfouf

Une autre variante du couscous est le mesfouf très apprécié dans toute l’Algérie. Le mesfouf est un couscous sucré qui se consomme sans sauce mais avec la semoule seule et raisins secs accompagné d’un bon verre de L’ben. Sa spécificité est qu’il se consomme froid à l’inverse des traditionnels couscous en sauce rouge et blanche.

La Kabylie le fait à la perfection et le consomme très régulièrement, on le trouvera à base de raisins secs mais aussi avec des petits pois en encore des fèves fraiches. Ce plat est l’un des couscous les plus légers et le seul en version totalement végétarienne.

Rechta

La rechta algéroise a aussi sa particularité. Si vous passez par la capitale algérienne, arrêtez-vous dans n’importe quel restaurant populaire ou chic pour découvrir la rechta, un plat mangé par toutes les classes sociales. La rechta se compose de fines pâtes préparées à la main, elles prennent l’allure de spaghettis très légères.

La rechta est servie avec une sauce blanche à base de cannelle, oignons et viande de poulet, on y ajoute pois chiches, courgettes et navets. Le plat bien que copieux est léger et se mange sans fin.

La rechta aurait des origines turco-mongoles et une personnalisation algérienne. Rechta viendrait du mot perse “rista” qui signifie “fil”, pour qualifier les fines pâtes qui composent ce plat.

La mechmachia mâamra 

Impossible de passer à côté des recettes sucrées-salées de l’Algérie. Pour y goûter, nous vous proposons un tour du côté de Tlemcen qui excelle dans l’équilibre de ces deux saveurs.

Notre préférence est pour la mechmachia mâamra, un tajine de viande de mouton ou d’agneau accompagné d’abricots ou de nèfles et parfumé au safran et à la fleur d’oranger. Tlemcen située à l’extrême ouest algérien propose une cuisine très variée, en raison de ses diverses influences : berbère, andalouse et arabe.

La ville propose ainsi une série de mets où le sucré rencontre le salé, cuisinant parfaitement les fruits et épices de la région.

L’ham Lahlou

L’ham Lahlou est un plat qui réunit toute l’Algérie. Il s’agit d’un tajine qui réunit à nouveau le sucré-salé, que l’on consomme lors de cérémonies comme le mariage ou pendant le ramadan en second plat ou en fin de repas, il prend la place d’un plat dessert. Lham Lahlou qui est consommé dans tout le pays a plusieurs visages. Sa recette varie selon les régions où il est cuisiné.

L’ham Lahlou se compose d’une viande d’agneau ou de mouton accompagnée de fruits secs, sa sauce est onctueuse, douce et sucrée comme une sorte de miel. On retrouvera la plupart du temps des raisins secs et des pruneaux, dans certaines versions on peut y ajouter des abricots et des amandes.

La taguella tanadaras

La taguella tanaderas est un plat typique du Sahara à goûter si vous faites une excursion dans le sud de l’Algérie. Ce plat est à base d’un pain fait à la main et cuit sous le sable, ce qu’on appelle la taguella. Avant d’être cuit, la pâte à pain est longuement pétrie. Ce pain et son mode de cuisson si particulier donnent un goût chaud et fumé incroyable.

La taguella tanaderas consiste à émietter ce pain cuit sous les cendres chaudes d’un feu allumé au-dessus du sable. Le pain sera alors cuisiné en sauce rouge à base de tomates et de légumes, il sera accompagné de viande de mouton. Ce plat est également à partager et sera servi dans un plat unique à déguster à plusieurs dans les magnifiques dunes du Sahara.

Mtewem ou kefta

Qui n’est pas fan des boulettes de viande ? Cela tombe puisque la cuisine algérienne a aussi ses versions de boulettes de viande hachée en sauce. A Alger on mangera le mtewem, un plat au fort goût d’ail. Il est composé de boulettes de viande de bœuf fortement relevées avec de l’ail et du cumin et de morceaux d’agneau. Sa sauce est plutôt blanche – même s’il existe en sauce rouge – à base de cannelle, oignon râpé, beurre clarifié de pois chiches, et pour la version plus délicate on y ajoutera des amandes. Le mtewem sera servi avec un trait de citron et du persil.

L’autre version est la kefta en sauce rouge que l’on retrouve dans tout le pays. On la goûtera avec des boulettes épicées et légèrement citronnées dans l’est algérien. On pourra également la manger en tajine à l’ouest notamment des petits pois et carottes.

Kebda mchermla

Si vous aimez les abats vous serez ravis de goûter la kebda mchermla. Il s’agit de foie de mouton ou d’agneau, selon vos goûts en viande, préparé en sauce rouge. La recette est très simple, la sauce se compose de tomates, ail, persil, coriandre et cumin. La sauce est imprégnée du goût de foie ce qui lui donne du caractère. De même, ce plat cuisiné dans tout le pays a différentes versions. On peut cuisiner la kebda mchermla avec davantage d’épices comme le carvi, le safran ou encore du paprika

Méchoui aux poireaux

Il faudra également que vous vous laissiez tenter par la tradition du méchoui. La wilaya de Laghouat dans le sud algérien est réputée pour la qualité de son méchoui. Région d’élevage d’agneaux et de moutons, sa viande est de très grande qualité.

Pour des occasions spéciales on y prépare un méchoui très délicat aux poireaux. Un savoir-faire qui vient de la ville d’Aflou où l’on cuit la viande au feu de bois dans un premier temps et on l’embroche pour la finaliser sur les braises du feu.

La viande est très tendre, grâce à ses longues heures de cuisson, fond dans la bouche et se marie à la perfection avec les poireaux qui baignent dans la graisse de viande. Attention le méchoui se mange avec les mains ou ne se mange pas.

Guide De Voyage Algérie
Algérie
Toutes les procédures de voyage en Algérie
Voir Plus