1. Accueil
  2. Voyages et Tourisme
  3. « On est en juin, et on est à 600 € pour un vol Lyon – Alger »
Voyages et Tourisme

« On est en juin, et on est à 600 € pour un vol Lyon – Alger »

La mauvaise gestion des opérations de vente des billets de bateau et d’avion par Algérie Ferries et Air Algérie suscite encore le mécontentement de la diaspora algérienne et des députés de l’émigration.

Le ministère algérien des Transports a levé le voile, le 19 mai dernier, sur le nouveau programme en prévision de la saison estivale. Ce dernier porte sur le renforcement des dessertes aériennes et maritimes déjà existantes, mais aussi l’ajout de nouvelles destinations, visant ainsi à répondre aux attentes de la diaspora algérienne, qui espère, depuis plus de deux ans, rejoindre le pays dans les meilleures conditions possibles.

Air Algérie et Algérie Ferries : les Algériens de la diaspora mécontents

Cependant, ce nouveau programme mis en place récemment ne semble pas satisfaire entièrement les ressortissants algériens de l’étranger. D’ailleurs, Air Algérie a décidé d’aller progressivement dans la mise en vente de son nouveau programme de vols. Une décision largement dénoncée.

Du côté d’Algérie Ferries, les clients se plaignent, depuis le début des opérations de vente des billets, le 23 mai, du chaos et de la mauvaise organisation au niveau des agences Algérie Ferries en France. Certains ont dû passer la nuit devant lesdites agences dans l’espoir d’obtenir un billet. Pour ne rien arranger, des bateaux seraient partis presque vides de Marseille vers l’Algérie.

Dénonçant cette situation, le député de l’émigration Abdelouahab Yagoubi a dressé un constat sombre et accablant à l’égard de la gestion de la reprise du transport aérien et maritime, après plus de deux ans d’arrêt.

« Il n’y a que l’Algérie qui traverse une telle situation », estime Abdelouahab Yagoubi

Dans un entretien accordé, ce lundi 6 juin, au journal arabophone El Khabar, l’élu exprime son mécontentement et celui de la diaspora d’ailleurs. Selon lui, il ne s’agit nullement d’une « crise passagère, mais plutôt d’une crise de gestion ».

« La situation est, pour le moins, déplorable ! Après trois ans de crise, il n’y a que l’Algérie qui traverse une telle situation », a-t-il déploré. Pour lui, la diaspora se retrouve coincée « dans un dialogue de sourds et dans une mauvaise gestion ».  

À ce propos, « on enregistre chaque jour des dizaines de plaintes des ressortissants algériens. C’est triste ! », a-t-il poursuivi. Avant d’ajouter : « Les frontières aériennes, maritimes et terrestres sont toutes fermées, et ce, d’une manière indirecte à cause de cette mauvaise gestion ».

« On ne peut pas espérer grand-chose pour les mois à venir »

Selon Abdelouahab Yagoubi, « cette situation a donné une mauvaise image de l’Algérie », soulignant qu’« une telle organisation n’a pas lieu d’être dans un grand pays comme l’Algérie ».

Le député a également évoqué les prix élevés des billets d’avion vers l’Algérie : « On est en juin et on trouve toujours un billet à plus de 600 € pour un vol Lyon – Alger. De plus, nous ne sommes qu’au début du mois de juin, ce qui veut dire qu’on n’en est pas encore à la période du pic ». À titre de comparaison avec la Tunisie, « ce pays propose des prix très abordables ». 

La gestion administrative des entreprises économiques à caractère commercial en est, pour le même intervenant, « le plus grand problème ». Ici, il explique que la gestion des compagnies aériennes doit être soumise aux lois du marché et du profit.

En revanche, l’élu s’est montré plutôt pessimiste pour les prochains mois. « Si la politique des ordres supérieurs persiste dans tous les secteurs, on ne peut pas espérer grand-chose pour les mois à venir ». Malheureusement, « c’est le citoyen et l’image du pays qui en payent le prix », a-t-il encore déploré.

La Newsletter
Restez bien informés : recevez les dernières infos et alertes en vous inscrivant Gratuitement à notre Newsletter.
Guide De Voyage Algérie
Algérie
Toutes les procédures de voyage en Algérie
Voir Plus