1. Accueil
  2. Voyages et Tourisme
  3. Réveillon : la ruée vers le sud algérien suscite des inquiétudes
Voyages et Tourisme

Réveillon : la ruée vers le sud algérien suscite des inquiétudes

Après près d’une année sous pression à cause de la pandémie de la Covid-19, les Algériens n’ont pas l’intention de bouder leur plaisir. Ils tiennent à s’offrir quelques jours de repos et fêter le passage au nouvel an, entre amis ou en famille.

Trop pressées de reprendre du service après plusieurs mois de disette, les agences de voyage balayent d’un revers de la main les risques de contamination qu’un tel brassage de population pourrait induire. Dîner de réveillon, soirée avec groupe traditionnel, ski de sable et excursions sont au programme. Le transport s’effectue par bus et les tarifs des séjours oscillent entre 20 000 et 55 000 dinars par personnes, selon les destinations.

Taghit, Beni Abbès : c’est complet !

Ce jeudi, chez Terkmani Tours, agence de voyage située à Alger-centre, le téléphone sonne toutes les 5 minutes. Hamza Kendel, responsable commercial, entonne toujours la même rengaine. « Désolé, c’est déjà complet pour Taghit-Beni Abbès. Il nous reste toutefois des chambres pour Beni-Saf ou Tissemsilt, si ça vous dit », propose-t-il avant de raccrocher.

Articles en Relation

Dès le début du mois de décembre, cette agence de voyage a commencé à peaufiner les détails d’un programme spécial réveillon. « Après de longs mois de fermeture due au coronavirus, nous avons repris timidement notre activité en septembre dernier en proposant des week-ends au sud et dans des villes de l’ouest », explique Hamza.

Il poursuit : « Notre clientèle nous relançait à chaque fois sur l’organisation du réveillon. L’engouement des Algériens pour le sud est toujours intact. D’ailleurs, c’est déjà complet pour Taghit-Beni Abbès avec 4 nuitées + 5 jours, du 30 décembre au 3 janvier. Le transport s’effectuera par bus et l’hébergement sera assuré soit à l’hôtel ou dans des maisons d’hôtes. Nos tarifs sont fixés à  25 500 dinars par personne, en demi-pension. Les Algériens ont soif d’évasion après une année particulièrement pénible ! Ils sont prêt à tout pour se changer les idées et ne rateraient le réveillon pour rien au monde ».

Dans cette agence, d’autres destinations sont proposées aux clients. « Le Sud est déjà ‘’booké’’ mais il nous reste des séjours ‘’spécial réveillon’’ à Ain-Temouchent, pour 29 900  da, du 30 décembre au 2 janvier  et Tissemsilt pour 20 000 da, en hôtel 4 étoiles », nous apprend le responsable commercial.

Interrogé sur le respect du protocole sanitaire, Hamza explique : « Nous avons réduit de moitié le nombre de voyageurs par bus. Une place sur deux, afin d’éviter les contaminations au Coronavirus ».

À l’agence ONAT (Office national algérien du tourisme, organisme public) rue Khelifa Boukhalfa, des affiches spéciales réveillon agrémentent la vitrine. Djanet : 8 jours. Tarifs : 55 500 dinars algériens adultes, 31 280 DZD enfants. Igli : 5 jours. Départ le 29 décembre par bus. Tarifs : 27 000 DZD adultes, 19 000 DZD enfants. Timimoune : départ le 29 décembre à 10 h. Tarifs : 23 800 dinars par personne en bivouac en plein erg occidental. Tentes pour 4 personnes. Tarifs : 23 800 dinars par personne. 10 000 DZD par enfant (entre 6 et 10 ans). Pour toutes ces destinations, « le transport s’effectue à bord de bus confortables et l’hébergement dans des résidences de l’ONAT », indiquent les nombreuses offres affichées.

Ski, soirées musicales, excursions

Nous entrons à l’intérieur de l’agence pour avoir plus de détails. « C’est déjà complet pour Timimoune et Igli », nous informe un voyagiste. « Il nous reste quelques disponibilités pour Djanet, Biskra et Tamanrasset. Mais il faut faire vite. La demande est très forte pour ces destinations. Même si les enfants n’ont pas de vacances cet hiver, les familles tiennent à marquer une pause avant le début de la nouvelle année », ajoute-t-il.

Sur les réseaux sociaux, les offres pour les séjours de fin d’années dans le Sud abondent : randonnées en 4X4, ski sur sable, visite de gravures rupestres, soirées traditionnelles avec des groupes locaux… Aucune allusion à la situation sanitaire que vit notre pays à l’instar de toutes les régions du monde et aux risques de contaminations suite à ce type de regroupements de personnes.

« Ce n’est pas le moment d’organiser des réveillons »

Bachir Djeribi, président de l’Union des agences de voyages tient à exprimer son étonnement de voir tout ce brassage humain qui se prépare à aller dans le Sud, en cette fin d’année « Cela fait 40 ans que je suis dans ce domaine et je peux l’affirmer : la profession n’a jamais connu pareille crise économique. Mais je persiste et signe : malgré toutes les conséquences commerciales, ce n’est pas le moment d’organiser des réveillons. D’ailleurs, les vrais professionnels du tourisme local se sont abstenus de proposer des voyages de fin d’année afin d’éviter  de créer des clusters dans le Sud et faire des victimes potentielles », explique-t-il.

Le professionnel ajoute : « Cette région reculée du pays a été relativement épargnée pour l’instant, mais elle risque certainement de connaître un grand nombre de contaminations en janvier au vu de la quasi-totalité des hôtels et maisons d’hôtes qui affichent déjà complet. Je pense que l’appât du gain ne doit en aucun cas primer sur la santé, la sagesse et le bon sens. Cette pandémie n’est pas un jeu. J’ai personnellement perdu de nombreux amis et d’autres sont encore hospitalisés. Ces retrouvailles dans des ‘’kheimates’’ et autres espaces fermés pour les dîners, constituent une véritable menace, propice à la propagation du virus. J’aurais aimé que les organisateurs jouent la carte de la prudence. C’est une responsabilité humanitaire qu’il ne faut pas fouler au pied, par ces temps de crise ».

Bachir Djeribi poursuit : « Par ailleurs, j’espère que les agences de voyages et autres hébergeurs veilleront à ce que leurs hôtes ne jettent pas leurs ordures n’importe où sur les dunes et ne dessinent pas des graffitis sur les gravures rupestres millénaires, comme ce fut le cas lors du réveillon 2019-2020. Ces espaces doivent être préservés et non pas devenir des décharges à ciel ouvert ! ».

Béchar : les voyages organisés annulés

La wilaya de Béchar, où se situe notamment Taghit, l’une des destinations touristiques les plus prisées en fin d’année, a décidé d’annuler toutes les réservations et les séjours organisés dans la wilaya.

Dans une décision datée du 24 décembre, la Direction locale du tourisme annonce l’annulation de toutes « les réservations dans les hôtels et les séjours organisés ».

Guide De Voyage Algérie
Algérie
Toutes les procédures de voyage en Algérie
Voir Plus