1. Accueil
  2. Voyages et Tourisme
  3. Rupture entre l’Algérie et le Maroc : quel impact sur les voyages ?
Voyages et Tourisme

Rupture entre l’Algérie et le Maroc : quel impact sur les voyages ?

L’Algérie vient de faire une annonce historique ce mardi 24 août. Elle rompt ses relations diplomatiques avec le Maroc suite à l’escalade de tensions que les deux pays vivent depuis le début de l’année.

Cette position politique aura de lourdes conséquences dans la région du Maghreb et pourrait impacter les déplacements des populations algériennes et marocaines.

A l’heure actuelle, on peut imaginer que cette décision sera lourde de conséquences, bien que le ministre des Affaires Étrangères Ramtane Lamamra, qui a annoncé cette rupture, n’a pas précisé toutes les dispositions qui en découleront.

Articles en Relation

Le Maroc devient le second pays avec lequel l’Algérie refuse d’avoir des relations diplomatiques. Jusqu’à présent, seul Israël n’avait aucun échange diplomatique avec l’Algérie, ce qui impliquait une non-existence des contacts entre les deux pays, par conséquent aucun échange commercial ou de personnes avec le pays ennemi et surtout une absence de vols entre les deux États.

Le cas d’Israël peut-il s’appliquer aux nouvelles relations de l’Algérie avec le Maroc ? Cela est peu probable et trop radical, puisque dans le cas du Maroc, on parle d’une cessation de diplomatie entre deux pays qui ont toujours eu des relations et qui, certes, contrôlent la circulation de biens et de personnes, mais les autorisent.

Air Algérie, Royal Air Maroc : fin des vols directs ?

Une source sûre en Algérie, a indiqué à Visa Algérie que les communautés des deux pays ne seront pas affectées par cet événement diplomatique. L’activité consulaire sera maintenue et la circulation des ressortissants des deux pays ne devrait pas être touchée, nous précise cette même source. Actuellement, aucun visa n’est nécessaire pour voyager entre les deux pays.

Toutefois, le maintien des dessertes aériennes directes entre les deux pays est encore un sujet en discussion. Il serait donc possible en tant qu’Algérien de se rendre au Maroc et inversement, mais par quel moyen ? Cela reste la grande inconnue, d’autant que les frontières terrestres entre les deux pays sont fermées depuis plus de 27 ans.

Pour l’heure, ni Air Algérie ni la Royal Air Maroc (RAM) n’opèrent de vols entre les deux pays. Les deux pays n’ont ouvert leurs frontières aux voyageurs que partiellement. Mais la question devra être tranchée d’ici la fin de la crise sanitaire et la reprise des vols réguliers habituels.

Un scénario qatari pour le Maghreb ?

Peut-on imaginer un scénario qatari pour l’Algérie et le Maroc ? En 2017, le Qatar s’était retrouvé au cœur d’une turbulence diplomatique, qui avait notamment mené l’Arabie Saoudite, les Émirats Arabes Unis, Bahreïn à rompre leurs relations diplomatiques avec ce dernier.

Aux voisins directs du Qatar, se sont ajoutés l’Égypte, le Yémen, la Libye et les Maldives. Ce séisme politique avait mené à un isolement total du Qatar, enclenchant une fermeture de l’espace aérien aux avions de Qatar Airways et, pour les pays voisins, des frontières maritimes et terrestres avec le Qatar.

Qatar Airways n’était plus autorisé à assurer des liaisons aériennes entre le Qatar et ces pays. Les autres grandes compagnies aériennes arabes, dont Etihad, Emirates, Saudia et FlyDubai avaient suspendu leurs vols vers Doha. Le Qatar n’était même plus autorisé à survoler ces pays qui se sont retournés contre lui. Il aura fallu trois ans pour que le Qatar normalise ses relations avec les pays qui ont rompu les liens diplomatiques. Trois ans également pour envisager une reprise normale des vols entre les pays en froid.

Peut-on s’attendre à une situation similaire entre le Maroc et l’Algérie ? Avant le déclenchement de la pandémie mondiale, les deux pays autorisaient de nombreux vols réguliers entre leurs territoires. La majorité étant assurée par les compagnies nationales Air Algérie et la Royal Air Maroc.

La compagnie marocaine dominait le paysage aérien en desservant davantage de villes marocaines et algériennes, Air Algérie étant par exemple absente dans l’ouest algérien. La suspension des vols entre l’Algérie et le Maroc durant la pandémie a donné un aperçu de la complication qu’implique le manque de liaisons directes entre les deux pays.

L’affectation des transports aériens peut poser d’importants problèmes. Nous pensons notamment aux nombreux ressortissants algériens et marocains installés en tant que résidents étrangers dans le pays voisin et ont l’habitude de faire des allers-retours entre les deux pays.

Une mise à mal des voyages maghrébins

La rupture des relations diplomatiques avec le Maroc n’impactera pas seulement les deux pays concernés, mais toute la région sur le plan des voyages. Si les deux États maghrébins s’avancent vers la même méthode que celle pratiquée pour le Qatar, Royal Air Maroc aura-t-elle encore le droit de survoler l’espace aérien algérien ?

Si le Royaume reçoit cette interdiction, ses plans de vols actuels seraient impossibles à maintenir. Par exemple, les voyages entre le Maroc et la Tunisie en pâtiraient. Les avions de la RAM se verraient-ils forcés de passer par l’Europe pour rejoindre la Tunisie ?

Le Maroc quant à lui, jouait le rôle de hub entre l’Afrique du Nord et l’Afrique subsaharienne. Les vols directs entre l’Algérie et le reste de l’Afrique étant rares, voire inexistants, de nombreux voyageurs algériens pouvaient faire escale au Maroc pour se rendre en Afrique subsaharienne.

Dans le cas où les vols de la RAM seraient suspendus, les Algériens n’auront d’autres choix que de passer par l’Europe ou le Moyen-Orient pour se rendre dans les autres pays du continent africain.

La Newsletter
Restez bien informés : recevez les dernières infos et alertes en vous inscrivant Gratuitement à notre Newsletter.
Guide De Voyage Algérie
Algérie
Toutes les procédures de voyage en Algérie
Voir Plus