1. Accueil
  2. Voyages et Tourisme
  3. Vol Alger – Paris : la mésaventure d’une passagère algérienne
Voyages et Tourisme

Vol Alger – Paris : la mésaventure d’une passagère algérienne

Compte tenu de l’instabilité du contexte sanitaire dans le monde, les mesures que prennent les différents pays ne cessent de changer. Concernant les voyages, des protocoles plus ou moins strictes, selon les pays et la situation pandémique, ont été imposés aux voyageurs.

Pass sanitaires ou vaccinaux, tests PCR et antigéniques à l’embarquement ou à l’arrivée, ou encore un confinement à l’arrivée, ces mesures peuvent parfois porter à confusion et dérouter non seulement les passagers mais aussi les employés des différentes compagnies aériennes.

C’est le cas pour la France, qui vient de mettre à jour ses conditions d’entrée. La confusion autour des décisions du gouvernement français concernant les protocoles à suivre pour réguler les entrées et sorties du pays sont parfois pénalisantes pour les voyageurs.

Articles en Relation

Transavia : une passagère algérienne empêchée d’embarquer 

C’est ce qui est arrivé à cette passagère algérienne ce vendredi 18 février. Devant embarquer à l’aéroport d’Alger vers Paris Orly, sur le vol de la compagnie aérienne Transavia, cette femme a failli être refoulée à l’enregistrement.

Lorsqu’elle s’est présentée à l’enregistrement, raconte-t-elle, l’employée lui a affirmé qu’elle devait faire un test afin d’embarquer, même si elle était vaccinée avec le Johnson & Johnson, un vaccin reconnu en France. La cause ? Elle était détentrice d’un visa touristique (visa Schengen C).

La passagère a été invitée à se rendre en urgence dans l’ancienne aérogare pour y effectuer un test antigénique avant la clôture de l’enregistrement. Une réponse qui a surpris l’auteure du témoignage, puisque la France a levé l’obligation de présenter un test pour tous les voyageurs vaccinés, sans préciser qu’ils devaient avoir un motif impérieux pour en bénéficier.

À seulement une vingtaine de minutes avant le vol, la passagère n’aurait jamais eu le temps de fournir le fameux justificatif. Mais alors qu’elle désespérait de pouvoir arriver à temps pour son vol, la personne qui l’accompagnait a eu le réflexe d’aller se renseigner auprès du chef d’escale.

Et là, le soulagement. Le chef d’escale de Transavia lui a effectivement confirmé que le test covid n’était plus obligatoire pour tous les passagers vaccinés.

La passagère a été autorisée à voyager. Entre-temps, elle s’est rendue à l’ancienne aérogare à bord d’un taxi qui a facturé la course à 2 000 dinars algériens (pour quelques mètres). Le test antigénique a coûté 3500 dinars, soit au total 5 500 DA. Une somme que Transavia n’a pas remboursée.

Contactée par visa-algerie.com, Transavia a expliqué qu’il « s’agissait d’une confusion » et que « des excuses ont été présentées à la passagère qui a pu voyager sur le vol. »

Voyage en France depuis l’Algérie : ce qu’il faut savoir

En effet, depuis le 12 février, le test de dépistage obligatoire avant le départ est supprimé pour les voyageurs en provenance de tous les pays hors Union européenne.

À présent, il suffit de présenter la preuve d’un schéma vaccinal complet, avec l’un des vaccins reconnus en France. « La preuve de vaccination redevient suffisante pour arriver en France, quel que soit le pays de provenance », a précisé le gouvernement français.

Pour les non-vaccinés en provenance d’un pays classé dans la liste orange, dont l’Algérie, le test à l’embarquement reste obligatoire. Les délais ont toutefois été allongés : 72h pour le test PCR et 48h pour l’antigénique.

La Newsletter
Restez bien informés : recevez les dernières infos et alertes en vous inscrivant Gratuitement à notre Newsletter.
Guide De Voyage Algérie
Algérie
Toutes les procédures de voyage en Algérie
Voir Plus