1. Accueil
  2. Voyages et Tourisme
  3. Vols Air Algérie : quel programme après le 26 mars ?
Voyages et Tourisme

Vols Air Algérie : quel programme après le 26 mars ?

Huit mois après la réouverture partielle des frontières algériennes, on est encore très loin des niveaux de vols d’avant la crise sanitaire.

Le programme actuel comprend une centaine de vols vers 13 pays seulement. Seuls trois aéroports algériens sont opérationnels depuis la reprise des vols commerciaux internationaux.

S’il est acté que le programme actuel des vols est valable jusqu’au 26 mars prochain pour toutes les compagnies aériennes, y compris Air Algérie, il est très difficile de faire un pronostic pour la suite des événements.

Que décidera le gouvernement ? Y aura-t-il plus de vols pour le programme d’été qui débutera le 27 mars ? Verra-t-on de nouvelles destinations au programme ? Dans cet article, nous essayerons de donner quelques éléments de réponse.

Frontières algériennes : pas de fermeture en vue

Ce qui est plus ou moins acquis, c’est que le gouvernement maintiendra les frontières ouvertes même après la fin du programme hivernal le 26 mars. Même en pleine quatrième vague marquée par la progression spectaculaire d’Omicron, il n’a jamais été question de fermeture des frontières. On peut donc être sûrs qu’il y aura au moins le même programme de vols après le 26 mars.

Cette thèse est confortée par les déclarations du membre du Comité scientifique, Riyad Mehyaoui, au site TSA ce lundi 31 janvier. Ce dernier exclut un retour des restrictions en Algérie notamment pour les voyages.

Frontières algériennes : pas de réouverture totale

Les frontières algériennes resteront donc ouvertes. C’est quasiment acté. Cependant, pouvons-nous tabler sur une réouverture totale des frontières et un retour du programme d’avant la crise sanitaire ?

Il est encore tôt pour espérer un retour à la normale, et ce, pour plusieurs raisons.

Même si la situation sanitaire n’est pas chaotique en Algérie, le virus est toujours là et fait toujours des victimes. Personne ne peut prédire ce qui se passera dans quelques semaines. Le covid 19 a prouvé qu’il était imprévisible. On n’est pas à l’abri de l’apparition de nouveaux variants qui pourront chambouler tous les plans comme c’était le cas de l’Omicron qui s’est invité en trouble-fête pour la fin de l’année 2021.

Au-delà de l’aspect sanitaire, le retour du programme habituel est tributaire d’un retour à la normale de tout ce qui va autour des transports aériens. Les voyages en Algérie sont impactés par les restrictions imposées aux Algériens sur les visas.

À cela, il faut ajouter les différentes mesures restrictives sur les voyages en vigueur dans les pays desservis par les vols avec l’Algérie. On ne peut plus jamais aborder les voyages comme avant. Les mesures évoluent constamment et dépendent de la situation sanitaire.

Vols vers l’Algérie : la question du pouvoir d’achat des voyageurs

Autre point important : les compagnies aériennes ont essuyé des pertes colossales durant la première année du covid. Elles comptent, donc, bien profiter de cette reprise pour renflouer leurs caisses et soulager la trésorerie. Pour cela, elles ont besoin de vendre les billets à des prix qui couvrent non seulement les charges actuelles, mais aussi les pertes passées.

Actuellement, on remarque une baisse de la demande en raison notamment de la vague Omicron. Mais il y a aussi une autre explication : les compagnies aériennes ont fait le plein de voyageurs algériens capables de payer un billet à près de 1000 €.

Cette catégorie de voyageurs n’est pas extensible à l’infini et parmi eux, certains ne peuvent pas se payer le luxe d’effectuer plusieurs voyages dans l’année à de tels prix. Les autres attendront que les prix baissent fortement avant de voyager.

À titre d’exemple, Air France n’arrive pas à faire le plein sur son seul vol quotidien commercial entre Paris et Alger. Si cette compagnie se retrouve avec une dizaine de places libres chaque jour alors qu’elle opère un seul vol par jour, il est inutile de croire qu’elle pourrait assumer cinq vols quotidiens comme du temps d’avant la crise sanitaire. C’est une question de rentabilité.

Le constat est le même chez Air Algérie. Si elle arrive à faire le plein au départ de Paris, la compagnie aérienne algérienne est en difficulté sur plusieurs autres destinations, malgré une offre très inférieure à la normale, ce qui l’oblige à baisser ses prix. La situation est encore floue. Il est difficile de faire des prévisions. On se dirige tout droit vers un statu quo.

La Newsletter
Restez bien informés : recevez les dernières infos et alertes en vous inscrivant Gratuitement à notre Newsletter.
Guide De Voyage Algérie
Algérie
Toutes les procédures de voyage en Algérie
Voir Plus