1. Accueil
  2. Air Algérie
  3. Air Algérie : une reprise des vols est-elle envisageable ?
Air Algérie

Air Algérie : une reprise des vols est-elle envisageable ?

Cela fait 30 jours depuis que les vols de rapatriement de la compagnie Air Algérie sont suspendus. Initialement, la suspension devait durer un mois. Elle visait à limiter la propagation du variant anglais du coronavirus après l’apparition des premiers cas en Algérie.

Air Algérie est prête pour la reprise. Elle n’attend que l’accord des autorités pour reprendre les vols. Dans un communiqué paru ce lundi 29 mars, la compagnie aérienne algérienne a montré des signes d’impatience et presse pour une reprise rapide des vols.

À la veille de la fin de la période de suspension des vols Air Algérie, l’on se dirige vers la prolongation de cette mesure pour au moins trois raisons.

Articles en Relation

1. La situation sanitaire en France

En Algérie, la situation sanitaire est stable, avec moins de 100 cas par jour. Hier, mardi 30 mars, le gouvernement a annoncé un nouvel allégement des mesures de confinement. Désormais, seules neuf wilayas, dont Alger, sont concernées par un couvre-feu dont la durée a été réduite.

Mais la reprise des vols ne dépend pas uniquement de la situation sanitaire en Algérie. La situation très préoccupante en France pourrait est un frein à la reprise des vols Air Algérie vu que la plus grande communauté algérienne établie à l’étranger réside en France. La plus grande base opérationnelle d’Air Algérie se trouve également en France.

Articles en Relation

Au vu de la hausse sensible des cas de contamination, notamment aux variants, signalée en France ces derniers jours, plusieurs pays, dont l’Allemagne, ont classé la France comme zone à risque.

La compagnie marocaine Royal Air Maroc a ajouté la France à la liste des pays avec lesquels les vols sont suspendus dans les deux sens. Une liste dont fait partie l’Algérie depuis plusieurs semaines également.

Articles en Relation

Il est quasi impossible d’envisager une reprise des vols en Algérie sans une amélioration de la situation sanitaire en France pour les raisons citées plus haut.

2. L’Algérie n’est pas à l’abri d’une troisième vague

En Algérie, la situation s’améliore, mais les inquiétudes demeurent, surtout après l’apparition de cas des variants anglais et nigérians.

Pour le membre du comité scientifique, le Pr Mohamed Belhoucine, le spectre d’une troisième vague plane sur l’Algérie.

« Nous ne sommes pas à l’abri d’une troisième vague, l’unique élément qui nous permettrait de nous en protéger, c’est le respect des mesures barrières », a-t-il déclaré dans un entretien accordé à TSA ce lundi 29 mars.

La stabilité épidémiologique n’est « probablement » pas rassurante sur le long terme selon lui. « Nous avons un nombre de cas (positifs) qui tourne autour de 100 cas par jour. Ceci est rassurant. Cette situation, est-elle réellement rassurante sur le moyen et le long terme ? Probablement non, » poursuit-il à ce sujet.

Les spécialistes sont unanimes : pour échapper à une troisième vague, l’Algérie doit maintenir ses frontières fermées.

3. L’Algérie très en retard dans la vaccination

Ce n’est plus un secret. Le retour des vols régulier est conditionné par la vaccination. Or, l’Algérie accuse un énorme retard dans ce domaine. Cette réalité constitue un autre obstacle au retour des vols.

Le Pr Belhocuine impute le retard pris par l’Algérie à « un problème d’approvisionnement en vaccins. »

« Nous ne sommes pas le seul pays au monde à vivre cette situation de difficultés d’approvisionnement », ajoute-t-il.

Devant cette donne, l’Algérie pourrait être contrainte à retarder le retour à la normale même en cas d’amélioration ailleurs dans le monde et notamment en France.

Guide De Voyage Algérie
Algérie
Toutes les procédures de voyage en Algérie
Voir Plus