1. Accueil
  2. Divers
  3. Algériennes « zombifiées » en France : un braquage à la marocaine
Divers

Algériennes « zombifiées » en France : un braquage à la marocaine

L’affaire avait suscité de nombreuses interrogations. Trois Marocains ont finalement été condamnés pour avoir escroqué trois veuves algériennes en France, en utilisant un procédé proche de la magie. Explications.

Lors du procès qui s’est tenu au tribunal correctionnel de Poitiers, un nom planait mystérieusement dans la salle d’audience : le Samaoui. Le trio marocain est accusé d’avoir usé contre les trois veuves algériennes de ce mode d’arnaque qui transforme la victime en “zombie” pour mieux la dépouiller, rapporte le journal local La Nouvelle République, ce mardi 12 juillet.

Pour rappel, les trois Algériennes, âgées de 57 à 64 ans, ont affirmé avoir été accostées d’abord par une femme en tenue islamique, qui s’est avérée être Saadia, puis par un homme, Adil, le principal accusé. Celui que les trois victimes n’ont pas vu, c’est Mustapha, le chauffeur guetteur, qui attendait ses acolytes.

Paris – France

Adil, le beau parleur, abordait confiant ses victimes, et à la fin de sa logorrhée hypnotisante, il leur offrait une pierre blanche. Véritable magie ou dangereux procédé chimique, la pierre devenait noire dès que les victimes ouvraient leur main.

Algériennes zombifiées en France : Samaoui ou pas Samaoui ?

Selon Adil, “C’est pas du Samaoui”. L’accusé principal dans cette affaire avoue que le Samaoui “c’est dangereux”, et que lui il “n’utilise pas de produits”“Je ne demande pas d’argent ou de bijoux, elles ramènent ce qu’elles veulent”, s’est défendu Adil, qui a délesté les trois femmes d’un total de 5100 euros à Châtellerault, détaille La Nouvelle République.

En ce qui concerne les deux autres accusés, en l’occurrence Saadia et Mustapha, le mot Samaoui semble les avoir fait murer dans un mutisme total. Les deux escrocs assurent toutefois qu’ils ne sont en France que pour mieux pouvoir rejoindre le Maroc.

Mais la Partie civile les accusent d’avoir quitté la Belgique pour faire une campagne de charlatanisme en France, et avance pour preuve ces trois Algériennes dépouillées, chacune à son tour, le 20, 21 et 22 juin derniers.

Pour Adil en tout cas, il n’a rien fait de mal, et il serait même la faute des victimes d’avoir été si crédules au point de se faire piéger par une pierre qui change de couleur. Il oublie cependant qu’on le soupçonne d’avoir imbibé la pierre d’un produit suspect, voire dangereux.

Le verdict est tombé

La partie civile accuse le trio marocain d’être les meneurs d’une série d’arnaques en France, ciblant des victimes vulnérables, à l’instar des trois Algériennes de Châtellerault. Accusation assez convaincante pour le procureur, qui requiert deux ans de prison contre les trois accusés, dont huit mois ferme pour Adil, et quatre contre les deux autres accusés.

La défense a dénoncé l’ampleur que certains essayent de donner à cette affaire. Les avocats du trio marocain ont rappelé qu’il n’y avait ni magie, ni hypnose, ni encore moins de substances chimiques ou de communication à distance. Ils affirment aussi que les bijoux volés ont été restitués.

En fin de compte, Adil va voir sa peine alourdie. Le juge va prononcer à son encontre un an de prison ferme, et va maintenir les quatre mois contre les deux autres accusés. Le trio est interdit de fouler le territoire français pendant 5 ans.

Plusieurs questions restent toutefois en suspens après la fin de ce procès. Les pierres contenaient-elles une substance suspecte ? Les accusés jouissent-ils de toutes leurs capacités mentales ? Si la justice a ordonné une expertise psychologique des trois victimes, elle n’a pas demandé un supplément d’enquête et des analyses des fameuses pierres.

Il est aussi à noter que le tribunal n’a pas ordonné la restitution de l’argent liquide saisi.

La Newsletter
Restez bien informés : recevez les dernières infos et alertes en vous inscrivant Gratuitement à notre Newsletter.
Guide De Voyage Algérie
Algérie
Toutes les procédures de voyage en Algérie
Voir Plus