1. Accueil
  2. Actualités
  3. Deux femmes d’origine algérienne agressées au couteau à Paris
Actualités

Deux femmes d’origine algérienne agressées au couteau à Paris

Kenza et Amel, deux femmes françaises d’origine algérienne, ont été victimes d’une agression au couteau près de la Tour Eiffel à Paris. Les deux victimes, qui portent le voile islamique, ont également essuyé des insultes racistes comme « sale arabe ».

Kenza et Amel, deux femmes françaises d’origine algérienne, ont été victimes d’une agression au couteau alors qu’elles se promenaient avec leurs enfants au Champ-de-Mars, près de la Tour Eiffel.

Selon le journal Le Monde de ce mardi 20 octobre, les faits se sont produits dimanche et une enquête a été ouverte pour tentative d’homicide volontaire. Deux personnes sont actuellement en garde à vue dans les locaux de la police dans le cadre de l’enquête ordonnée par la justice.

Dans un contexte tendu en France après la mort d’un professeur, l’affaire est sensible et suscite de nombreuses réactions sur les réseaux sociaux. Des internautes dénoncent une agression à caractère raciste et islamophobe d’autant que Kenza et Amel portent le foulard islamique.

Insultes à caractère raciste

Les deux victimes ne confirment pas le caractère islamophobe. Aucune référence au voile n’a été entendue. Mais elles évoquent des insultes à caractère raciste : « Sale arabe », « on est chez nous »« rentre dans ton pays ». L’une des agresseuses a arraché le voile d’une des victimes, selon Le Monde.

Malgré ces témoignages, les enquêteurs de la police restent prudents sur le caractère islamophobe de l’agression, précise Le Monde qui cite une source proche de l’enquête.

Selon le journal Libération, l’agression serait intervenue après un différend lié à un chien non tenu en laisse. Les deux femmes d’origine algérienne se seraient querellées avec deux autres femmes propriétaires d’un chien non attaché. Ces dernières ont refusé de le tenir en laisse et le ton est rapidement monté.

Mais si pour les enquêteurs, il n’y a aucune dimension religieuse ou raciste dans l’affaire. La justice est plus prudente. Selon Le Monde, Le parquet de Paris temporise, estimant que « l’investigation étant en cours, il est trop tôt de notre point de vue pour se prononcer ».

« Ce que je peux vous dire, c’est que des insultes ont été proférées. Maintenant vous dire que l’agression était intentionnelle, que c’était parce qu’elles portaient un voile, je ne sais pas », explique une membre de la famille des plaignantes citée par Le Monde.

Guide De Voyage Algérie
Algérie
Toutes les procédures de voyage en Algérie
Voir Plus