1. Accueil
  2. Voyages et Tourisme
  3. Frontières algériennes : un expert propose des « traversées médicalisées »
Voyages et Tourisme

Frontières algériennes : un expert propose des « traversées médicalisées »

Depuis deux jours, les critiques se multiplient contre les mesures annoncées par le gouvernement en prévision de la réouverture partielle des frontières algériennes à compter du 1er juin prochain.

La communauté algérienne à l’étranger n’a pas caché sa déception et sa colère sur les réseaux sociaux. Les mesures prises sont jugés « exagérées ».

Des parlementaires ont même interpellé le président de la République afin qu’il intervienne pour revoir les décisions de son exécutif.

Articles en Relation

Dans la communauté scientifique, les mesures annoncées suscitent également des critiques. Le Pr Rachid Belhadj, président du syndicat des hospitalo-universitaires, les qualifie de « draconiennes ».

« Ça va être difficile à gérer »

« Ce sont des mesures draconiennes quand on sait qu’il y a des gens qui sont déjà été atteints de covid, d’autres qui sont vaccinés. Le hic, c’est la période quarantaine de cinq jours. C’est presque une garde à vue médicale », explique-t-il dans des déclarations à visa-algerie.com.

Pour le Pr Belhadj, « ça va être difficile à gérer ». Il aurait été souhaitable, selon l’expert, de soumettre les passagers aux mesures habituelles (PCR au départ de l’avion) puis à un test rapide à l’arrivée « dans une zone tampon ».

« Imaginez quelqu’un qui a déjà contaminé par le virus ou qui a été vacciné. Il a un test PCR négatif. Mais quand il rentre dans son pays, on le garde pendant cinq jours. Il vaut mieux trouver d’autres solutions. Quand même, on est là pour soulager l’humain », ajoute-t-il.

Les propositions du Pr Belhadj

Ne se contentant pas de critiquer les mesures annoncées par le premier ministère, le Pr Belhadj formule des propositions qui auraient pu, selon lui, être appliquées en Algérie.

« On avait fait une proposition concernant les bateaux médicalisés. On peut embarquer deux mille personnes avec les mesures bien sûr et durant la traversée, on fait des tests PCR rapides payant. À l’arrivée, les personnes testées pendant la traversée et qui s’avèrent négatives, on les libère, ceux qui sont positifs, on leur impose un confinement », détaille-t-il.

L’expert estime que « la traversée médicalisée » permet de vérifier les tests PCR effectués à l’étranger et éviter les contraintes financières aux passagers.

« 1000 à 1500 personnes par traversée, ça équivaut à huit vols. On peut soulager les compatriotes à l’étranger qui peuvent venir avec leurs véhicules. Je pense que l’Algérie a les moyens de bien organiser ce type de traversée », poursuit-il.

Le Pr Belhadj propose d’installer un laboratoire équipé dans un bateau de sorte à ce qu’il soit possible de contrôler 100 personnes par heure. « Au lieu de mettre ces gens-là dans un hôtel sous un contrôle et des frais supplémentaires, je pense qu’on peut organiser ce genre de déplacement. Il faut prévoir cela. On est dans une situation exceptionnelle », propose le président du syndicat des hospitalo-universitaires.

Guide De Voyage Algérie
Algérie
Toutes les procédures de voyage en Algérie
Voir Plus