1. Accueil
  2. Lieux, Plats et Traditions
  3. La chorba, la soupe cosmopolite
Lieux, Plats et Traditions

La chorba, la soupe cosmopolite

L’Algérie n’est pas le seul pays à préparer la chorba. Bien au contraire, cette soupe est déclinée dans le monde entier.

Une histoire turque…

Les Turcs l’appellent la çorba. En Ouzbékistan, on la mange en tant que chourpa et chez les Roumains en tant que çiorba. Notre soupe préférée, qui accompagne tous nos ramadans, est aussi la favorite d’autres pays.

Ce plat hérité des Turcs, a été ramené en Algérie par l’armée ottomane lors de sa conquête du Maghreb au 16e siècle. La chorba, appelée alors la çorba, était consommée par les janissaires de l’armée et représentait un moment important.

Les Ottomans, par leurs diverses invasions, ont largement fait rayonner leur gastronomie, laissant des traces dans un grand nombre de pays du monde entier. Chaque peuple a conservé cette tradition culinaire tout en lui accordant une touche personnelle, influencée par les habitudes culinaires de leur territoire, national ou régional.

Goûts multiples 

Ainsi, la chorba est sans doute l’une des soupes les plus cosmopolites. On la retrouve bien évidemment au Maghreb, sous différentes formes, rouges ou blanches, à base de viandes de veau, agneau, poulet ou autre en fonction du pays ou même des régions d’un même pays.

La chorba est aussi présente dans les Balkans. Par exemple en Roumanie et en Bosnie, elle est très consommée mais légèrement différente de notre version algérienne. La ciorba roumaine, tout comme l’algérienne, a différentes versions.

Mais la plus connue est sans doute celle que l’on prépare avec de grosses boulettes de viande hachée et avec du bortsch (un liquide obtenu par une fermentation du blé). En Bosnie, la begova chorba ressemblera davantage à la chorba blanche algéroise, mais on y ajoute du riz et des gombos.

Cette soupe poursuit son voyage jusqu’à l’Asie, on trouve sa trace en Iran, en Afghanistan, au Turkménistan et en Russie. Les Afghans la mangent avec des haricots, les Ouzbeks optent pour une chourpa agrémentée de nombreuses fines herbes et de carottes.

Une langue commune

Outre la nature du plat, le mot “chorba” crée un lien culturel entre tous ces pays, qui utilisent finalement la même racine pour désigner une soupe ou l’action de boire. Chez les Afghans, “shorba” est le terme en dari pour nommer une soupe, tout comme le terme “çorba” en turc. Chez les Kazakhs, la sorpa représente un bouillon, est devient une sorte de variante de la chorba.

La chorba unit des pays très différents par l’histoire avec un grand H, une linguistique mais surtout par ce qu’elle représente : un plat chaleureux à partager avec son prochain.

Guide De Voyage Algérie
Algérie
Toutes les procédures de voyage en Algérie
Voir Plus