1. Accueil
  2. Voyages et Tourisme
  3. Voyages en Algérie : 2 ans de restrictions
Voyages et Tourisme

Voyages en Algérie : 2 ans de restrictions

Nous y sommes, presque 2 ans jour pour jour depuis le 17 mars 2020, la fameuse date qui a vu basculer le sort de millions de voyageurs algériens, avec la fermeture des frontières à cause de la pandémie du Coronavirus.

Le bilan est maussade : 2 ans qui représentent 2 mois de ramadan et 2 étés qui ont vu des familles séparées, des enfants loin de leurs parents et des personnes malades privées de leurs proches.

Durant ces 2 ans, des centaines de milliers de ressortissants algériens ont fait la une de l’actualité, bloqués loin de leur pays natal dont les frontières s’étaient refermées sur eux, avec les liaisons aériennes et maritimes suspendues, laissant un arrière-goût de mauvais film catastrophe.

Lakhdar fait partie des Algériens ayant émigré en Europe dans les années 70, mais qui reste très attaché à ses racines. À 69 ans, ce chauffeur de taxi parisien à la retraite attend depuis bientôt 3 ans de revenir dans son pays d’origine. « Passer le Ramadan en Algérie dans l’ambiance et la chaleur familiale, ça n’a pas de prix », dit-il.

« Malheureusement, le covid-19 nous a privés de tout ça. Je ne parle même pas de ceux qui ont perdu un être cher sans même pouvoir assister aux funérailles au pays…. Entre les billets d’avion qui s’annulent à la dernière minute, les frontières maritimes qui ont rouvert tardivement… il y a de quoi perdre patience et espoir », ajoute-t-il.

Un avenir toujours incertain

Le moins que l’on puisse dire, c’est que la diaspora algérienne a vécu de durs instants. Les Algériens qui vivent à l’étranger ont du s’accommoder de la crise sanitaire qui s’est répercutée sur leurs vies et ont souffert en silence, impuissants.

À l’heure actuelle il est toujours compliqué de planifier un voyage. Le programme d’hiver s’achève fin mars et il n’y a pas de visibilité pour la suite. Les autorités auraient validé la hausse des vols internationaux dans les prochains jours, à raison de 35 % concernant le programme d’Air Algérie. Cependant, on ne parle pas encore d’une ouverture totale des frontières.

Allons-nous retrouver la période d’avant crise d’ici les vacances d’été ? Rien n’est moins sûr. Seule constante dans ce flou artistique : la cherté des billets d’avion, qui ne risque pas de s’améliorer dans ce contexte de l’envolée du court du pétrole, l’une des conséquences économiques de la guerre en Ukraine.

La Newsletter
Restez bien informés : recevez les dernières infos et alertes en vous inscrivant Gratuitement à notre Newsletter.
Guide De Voyage Algérie
Algérie
Toutes les procédures de voyage en Algérie
Voir Plus