1. Accueil
  2. Visas et Immigration
  3. France : elle attendait un titre de séjour et découvre qu’elle est sous OQTF
Visas et Immigration

France : elle attendait un titre de séjour et découvre qu’elle est sous OQTF

L’accès à un titre de séjour continue d’alimenter l’angoisse des étrangers en quête d’une régularisation de leur situation en France. Les lourdeurs administratives font que le risque d’expulsion est omniprésent.

C’est ce que vit Fouzia, une ressortissante algérienne de 40 ans, arrivée en France en 2016. Fille de deux Algériens naturalisés français, cette femme demande un titre de séjour vie privée et familiale.

Fouzia habite au Chemin-Bas d’Avignon, dans le département du Gard et vit avec sa mère malade et ses deux enfants, un garçon de 11 ans et une fille de 6 ans. La ressortissante algérienne travaille comme coiffeuse et esthéticienne, elle a également fait du bénévolat pendant le confinement.

[Paris – France]

Alors qu’elle attendait une réponse de la préfecture à propos de sa demande de titre de séjour, Fouzia découvre qu’elle fait l’objet d’une OQTF (obligation de quitter le territoire français) alors qu’elle n’a même pas été informée. C’est ce qu’a découvert Julie Huou, directrice d’une association pour les migrants, après avoir demandé l’avancement du dossier de la ressortissante algérienne, rapporte le média français Objectif Gard.

Sa place est en France

Fouzia demande un titre de séjour en France, mais elle ne reçoit pas de réponse, et c’est là qu’intervient Julie Huou qui découvre que la ressortissante algérienne est dans une situation irrégulière.

Quand elle demande l’avancement du dossier, la directrice de l’association Le Rocher découvre que Fouzia est déjà sous le coup d’une OQTF sans même le savoir, ce qui fait que la ressortissante algérienne est en situation irrégulière depuis le mois de juin. Étant hors délais, la concernée ne peut même pas faire un recours.

Sa vie est ici (…) Fouzia ne peut pas retourner en Algérie, estime Julie Huou qui fait savoir que la ressortissante algérienne, qu’elle qualifie de femme forte, a fini par “faire un AVC cette semaine”. Selon la directrice de l’association d’aide aux migrants, le cas de Fouzia est “l’exemple d’un cas que l’on doit réexaminer”.

En attente d’une régularisation

Arrivée en France en 2016, avec un visa touristique, Fouzia a eu droit à une première OQTF en 2017, mais le dossier a changé, estime Julie Huou. “La préfecture n’a pas réétudié le dossier qui a pourtant changé en cinq ans. C’est quasi-systématique, même si la vie privée ou familiale évolue, plus personne ne s’en soucie”, dénonce-t-elle. Ajoutant que la maman de Fouzia, avec qui elle habite depuis son arrivée en France en 2016, est désormais malade et âgée.

Fouzia espère toujours une régularisation. Elle indique qu’elle veut “ouvrir son salon, travailler, tranquille”.

Julie Huou, qui trouve que le cas de Fouzia est “inadmissible” indique qu’elle va “envoyer un courrier au ministre de l’Intérieur et à la préfecture pour pointer les problématiques gardoises”.

Le cas de cette ressortissante algérienne n’est pas unique. Julie Huou affirme que 85 à 90 % des cas dont s’occupe son association sont candidats au séjour ou au renouvellement. Cette association suit, depuis le mois de janvier, 600 familles et individus grâce à des financements privées.

La Newsletter
Restez bien informés : recevez les dernières infos et alertes en vous inscrivant Gratuitement à notre Newsletter.
Guide De Voyage Algérie
Algérie
Toutes les procédures de voyage en Algérie
Voir Plus