1. Accueil
  2. Voyages et Tourisme
  3. Voyage en Algérie : la petite corruption dénoncée
Voyages et Tourisme

Voyage en Algérie : la petite corruption dénoncée

L’été 2022 sera marqué par le retour des membres de la communauté algérienne établie à l’étranger avec le renforcement des programmes des vols et des traversées. Ce retour, tant attendu, ne s’annonce pourtant pas très facile.

Les Algériens de l’étranger rencontrent, en effet, plusieurs difficultés dans l’organisation de leurs voyages vers le pays cet été. Depuis plusieurs semaines, l’on se plaint constamment des lenteurs administratives lors des renouvellements des passeports, du manque des dessertes aériennes et maritimes, de la flambée des prix et des problèmes des réservations, notamment chez Algérie Ferries.

Mais les soucis des voyageurs algériens surviennent également à leur arrivée, notamment dans les ports. Parfois, ils sont appelés à verser des pots-de-vin à des fonctionnaires, en contrepartie de services, qui relèvent souvent de leurs droits de voyageurs et de citoyens.

C’est un point abordé lors la conférence de presse organisée mardi 24 mai à la commission des affaires étrangères de l’APN. Et c’est le député de la diaspora de la 4e région, Brahim Dekhinet, qui a soulevé la question de « certains fonctionnaires corrompus » au niveau des ports.

En effet, il a d’emblée souligné que « les membres de la diaspora aiment leurs pays d’une manière incroyable. Ils viennent pour dépenser leur argent et créer l’équilibre social dans leurs pays ». Or, l’accueil qui leur est réservé aux ports pose toujours un problème, selon lui.

« Le problème de la corruption dans les ports ne réside pas au niveau des responsables »

À ce propos, il a expliqué que le problème de la petite corruption au niveau des ports ne réside pas au niveau des responsables, mais plutôt au niveau des simples employés. « Ces pratiques ne viennent pas des responsables », a-t-il constaté.

Ces agents corrompus justifient ces pratiques, selon le même intervenant, en disant qu’ils souhaitent « travailler pour récupérer les deux ans (d’absence à cause de la crise sanitaire, NDLR) ». « Mais comment espérer récupérer aux dépens des Algériens ? », s’est demandé le député.

En revanche, Brahim Dekhinet a soutenu qu’il existe tout de même « de simples employés qui aiment leur pays ». Ce sont d’ailleurs eux qui « fournissent des informations » sur lesquelles « on a basé les enquêtes » menées par les députés eux-mêmes sur le terrain.

Dans le même sillage, l’élu a fait état d’enquêtes qu’il a menées sur le terrain en compagnie d’autres députés de l’émigration. Des rapports ont été transmis aux « décideurs », afin de mettre fin à ces pratiques, dont sont victimes les membres de la communauté algérienne à l’étranger.

La Newsletter
Restez bien informés : recevez les dernières infos et alertes en vous inscrivant Gratuitement à notre Newsletter.
Guide De Voyage Algérie
Algérie
Toutes les procédures de voyage en Algérie
Voir Plus