1. Accueil
  2. Actualités
  3. Air Algérie : des données qui plaident en faveur de la reprise des vols
Actualités

Air Algérie : des données qui plaident en faveur de la reprise des vols

Depuis le 17 mars dernier, les frontières de l’Algérie sont fermées et les avions d’Air Algérie cloués au sol. La reprise des vols peut engendrer une hausse des contaminations, selon des membres du Comité scientifique algérien.

L’Algérie doit-elle rouvrir ses frontières et autoriser la reprise des vols ? Depuis quelques jours, le débat est lancé. Deux principales positions se dégagent.

D’un côté, il y a les citoyens et quelques personnalités politiques qui estiment que l’attente a trop duré. L’Algérie est l’un des rares pays à maintenir ses frontières fermées depuis mars, n’autorisant que des vols de rapatriement au compte-gouttes.

De l’autre côté, il y a les membres du Comité scientifique en charge du suivi de l’épidémie du Covid-19 en Algérie. Ils n’ont pas encore été officiellement saisis par les hautes autorités du pays sur la question de la réouverture des frontières. Mais leurs déclarations ne laissent aucune place au doute : ils ne sont pas favorables à cette option.

La situation à l’étranger inquiète

Certes, expliquent-ils, les contaminations baissent en Algérie. Une tendance qui se confirme et s’accélère même ces derniers jours. Ce mardi 15 septembre, l’Algérie n’a enregistré « que » 238 cas positifs. On est revenus aux niveaux du mois de juin dans un contexte la maladie repart un peu partout dans le monde, notamment en Europe et chez nos voisins du Maghreb (Maroc et Tunisie).

C’est justement ce dernier point qui inquiètent le plus les membres du Comité scientifique algérien. Pour eux, le risque est de voir des voyageurs venir avec le virus en Algérie. « Le risque est d’avoir des voyageurs qui transportent le virus. On ne doit pas oublier que, chez nous, les premières contaminations ont été des « cas importés » », rappelle par exemple Dr Mohamed Bekkat Berkani.

« À partir du moment où il y a des gens qui partent et d’autres qui rentrent, la situation peut devenir un peu moins maîtrisable », confirme, de son côté, Dr Abdelkrim Touahria, également membre du Comité scientifique.

L’avion mis hors de cause

Pourtant, la réalité sur le terrain ne le donne pas raison. Certes, plusieurs pays sont confrontés à une hausse des contaminations, mais aucun lien avec la reprise des vols des compagnies aériennes n’a été établi. La Chine, par exemple, autorise des vols depuis plusieurs semaines mais le pays ne connait pas de hausse des contaminations.

Un chiffre vient confirmer cette réalité. Selon une étude réalisée par l’Agence européenne de la sécurité aérienne (EASA), au cours de la dernière semaine d’août sur 3 millions de passagers en Europe, seuls « 180 n’ont pas été autorisés à voyager ou ont été débarqués en raison de symptômes » du Covid-19, soit 6 sur 100.000, rapporte, ce mardi 15 septembre, l’agence AFP.

Sur les 3 millions de passagers suivis, « sept ont présenté des symptômes de Covid à bord de l’avion », selon la même source. Conclusion : l’avion est hors de cause dans la hausse des contaminations au Covid-19.

Guide De Voyage Algérie
Algérie
Toutes les procédures de voyage en Algérie
Voir Plus