1. Accueil
  2. Air Algérie
  3. Air Algérie : l’État appelé à la rescousse
Air Algérie

Air Algérie : l’État appelé à la rescousse

Au bord de la faillite, Air Algérie ne voit pas le bout du tunnel. Les vols commerciaux internationaux, sa principale source de revenus, sont suspendus depuis le 17 mars 2020. Aucune date n’a été avancée concernant une éventuelle reprise.

Avec des pertes estimées à environ 40 milliards de dinars en 2020 et une activité réduite au trafic domestique et au transport de marchandises, la compagnie aérienne nationale algérienne est dans une situation intenable.

Air Algérie sollicite l’aide de l’État

Depuis le 1er mars dernier, même les vols de rapatriement d’Air Algérie ont été suspendus. La mesure devait durer jusqu’au 31 mars, mais elle a été reconduite jusqu’à nouvel ordre. Les frontières de l’Algérie restent fermées.

Articles en Relation

Cette inactivité contraint la compagnie à clouer une bonne partie de ses avions au sol. La maintenance des avions au sol coûte plus que quand ils sont en activité. Les coûts s’élèvent à des millions de dollars chaque semaine, selon ce qu’avait révélé une source au sein de la compagnie au journal Liberté.

Pour sortir de sa crise, Air Algérie envisage de demander un prêt auprès de l’État, selon le média d’information El Arabi El Djadid. La question sera étudiée lors du prochain conseil d’administration qui se tiendra le 7 mai prochain.

Selon la même source, le montant du prêt s’élèverait à 120 milliards de dinars ce qui représente la somme de 910 millions de dollars. L’argent prêté sera dirigé vers trois chantiers urgents, précise El Arabi el Djadid.

Une partie servira à couvrir les charges de la compagnie dont les salaires de plus de 9 000 collaborateurs. Une seconde partie sera utilisée pour payer les dettes de la compagnie aérienne, qui se trouve en grande difficulté financière tandis qu’une troisième partie sera dédiée à l’investissement, précise El Arabi el Djadid.

Les propositions du syndicat d’Air Algérie

Selon le quotidien Liberté citant une source au sein de la compagnie nationale, le DG par intérim Amine Mesraoua « a tout mis sur la table pour que tout le gouvernement soit au courant du spectre de la faillite qui guette la compagnie qui se retrouvera, dans quelques semaines, avec une trésorerie totalement dans le négatif ».

De son côté, le syndicat a formulé des propositions pour sortir la compagnie de sa crise sans précédent.

Selon El Arabi El Djadid, le syndicat a proposé à la direction générale de compagnie de mettre Air Algérie sous tutelle du premier ministère et de mettre tous les employés âgés de 56 ans et plus à la retraite. Il préconise également de remettre sur la table la question de la retraite anticipée.

Guide De Voyage Algérie
Algérie
Toutes les procédures de voyage en Algérie
Voir Plus