1. Accueil
  2. Air Algérie
  3. Frontières : le coup de gueule d’une Algérienne de Montréal
Air Algérie

Frontières : le coup de gueule d’une Algérienne de Montréal

La fermeture des frontières algériennes s’éternise. Plus de treize mois après la mise en place de la mesure dans le cadre de la lutte contre le covid-19, rien n’indique que la fin du calvaire est pour bientôt. Bien au contraire.

La semaine dernière, Pr Mehyaoui et Dr Bekkat Berkani, deux membres du Comité scientifique, ont fait savoir que le temps n’était pas encore venu pour une réouverture, même partielle des frontières. « L’ouverture des frontières n’est pas à l’ordre du jour », a tranché le Pr Mehyaoui.

Leurs arguments pour défendre une telle décision ? C’est grâce à la fermeture des frontières que l’Algérie a pu éviter de nouvelles vagues meurtrières de coronavirus, affirment-ils. Les experts algériens citent également la situation sanitaire actuelle dans le monde, notamment en France où sévit une troisième vague.

Fermeture des frontières : un coût social élevé pour les Algériens de l’étranger

« Avec la situation actuelle en France, en quantité, c’est-à-dire en nombre, et en qualité, en ce qui concerne le variant anglais, je pense que nous avons tout intérêt à maintenir un statu quo », explique Dr Bekkat Berkani.

Mais cette décision a un coût social élevé pour les Algériens bloqués ou vivant à l’étranger, comme l’a reconnu le Pr Mehyaoui. « Cette pandémie a empêché les familles de se retrouver, de faire des deuils… L’impact sociologique est important », a-t-il reconnu.

Les Algériens de l’étranger vont passer leur deuxième ramadan loin de leurs familles. Alors que l’été approche, beaucoup s’impatientent. Ils ne comprennent pas le maintien de la suspension des vols alors que la majorité des pays autorisent au moins des vols spéciaux pour rapatrier leurs ressortissants.

Beaucoup vivent aussi des situations familiales difficiles. Certains n’ont pas pu assister à l’enterrement de leurs proches. D’autres vivent loin de leurs parents gravement malades.

C’est le cas de cette Algériens vivant à Montréal au Canada.

Dans un courriel adressé à visa-algerie.com, elle s’adresse « aux docteurs Mehyaoui et Bekkat Berkani » : « Vous vous opposez à la réouverture des frontière algériennes… Les frontières algériennes n’ont jamais été fermées. Les avions européens sont très actifs sur le sol algérien, des voyageurs étrangers et des algériens privilégiés rentrent et sortent du pays chaque jour », écrit-elle.

« Ma mère est mourante… »

« Est-ce ces voyageurs ne sont porteurs de virus ? Est-ce qu’ils ne participent pas à l’augmentation des cas de coronavirus et à l’arrivée de la troisième vague ? Vous voyez que votre raisonnement est infondé ! », ajoute-elle.

L’Algérienne de Montréal poursuit : « En tant que spécialistes, vous devriez mettre en place des moyens et des procédures pour faire face à toute contamination et aider les Algériens rentrez chez eux ».

« Un test PCR a l’embarquement et un test à l’arrivée avec un confinement suffit largement… Tous les pays le font et ils n’ont pas interdit leurs citoyens de voyager et de rentrer chez eux. Ils refusent les touristes car on est dans une période critique qui n’est pas faite pour le tourisme… C’est tout », ajoute-t-elle.

« Moi personnellement je suis bloquée à Montréal. Ma mère est mourante. Je dois rentrer… Personne n’a le droit de m’interdire de le faire. Mrs Berkani et Mehyaoui, si c’était votre fille ou un de vos proches, est-ce que vous accepteriez de lui faire endurer ce mal ? », conclut-elle.

Guide De Voyage Algérie
Algérie
Toutes les procédures de voyage en Algérie
Voir Plus