1. Accueil
  2. Air Algérie
  3. Algériens bloqués à l’étranger : leur calvaire raconté par un député
Air Algérie

Algériens bloqués à l’étranger : leur calvaire raconté par un député

Plus de 30 000 Algériens bloqués à l’étranger ont été rapatriés depuis le début de la pandémie de Convid-19. Mais beaucoup d’autres n’ont pas eu cette chance et attendent toujours de pouvoir rejoindre leurs familles.

Ils se font toujours entendre sur les réseaux sociaux et réclament, à défaut de l’ouverture des frontières, l’organisation d’autres opérations de rapatriement. Et pour cause : pour beaucoup, l’attente est devenue insupportable.

« Certains sont revenus dans un cercueil alors qu’ils attendaient leur rapatriement », dénonce aujourd’hui un parlementaire. Le député de l’émigration Noureddine Belmeddah vient de monter au créneau pour alerter l’opinion publique et les autorités sur le calvaire que vivent les ressortissants algériens coincés aux quatre coins du monde.

Autorisation exceptionnelle 

Dans une lettre au Premier ministre Abdelaziz Djerad et datée de ce mardi 24  novembre, le député reconnait que l’Etat a consenti des efforts pour rapatrier les Algériens bloqués à l’étranger, mais signale néanmoins qu’ « un nombre non négligeable parmi ceux qui ont voyagé avec un visa sont toujours bloqués » ainsi que de nombreuses autres catégories qui souhaitent pour une raison ou une autre rentrer au pays.

Belmeddah cite les étudiants boursiers dont la prise en charge est assurée par les consulats, les citoyens algériens ayant une résidence à l’étranger et ceux détenant la double nationalité. Beaucoup parmi eux n’ont pas pu assister à l’enterrement de leurs parents, écrit-il à l’adresse du Premier ministre.

La situation de ceux qui ont voyagé et qui se sont retrouvé bloqués est plus dramatique. Certains ont perdu leur emploi en Algérie ou risquent de le perdre, des élèves n’ont pas pu rejoindre leurs écoles, des entrepreneurs qui voient leur entreprise au bord de la faillite.

Le parlementaire, qui représente la communauté algérienne établie aux Etats-Unis, en Russie, en Turquie et en Europe sans la France, affirme que même l’autorisation exceptionnelle décidée par le ministère de l’Intérieur n’a pas fait l’objet de médiatisation et a été parfois octroyée par « piston ».

Organiser des vols vers l’Algérie

Aussi, il interpelle Abdelaziz Djerad afin qu’il ordonne l’organisation de vols vers l’Algérie dans les plus brefs délais. Il lui demande d’instruire le ministère de l’Education ainsi que les autres ministères, les administrations et les entreprises pour la prise en charge des élèves et la réintégration des travailleurs qui se sont absentés pendant cette période, dès leur retour au pays. Les membres de la communauté algérienne à l’étranger, assure le député, sont disposés à respecter toutes les mesures sanitaires pour pouvoir voyager et rentrer en Algérie.

Frontières fermées depuis le 17 mars

L’Algérie a décidé, le 17 mars, de fermer toutes ses frontières aériennes, maritimes et terrestres pour éviter la propagation de la pandémie de Covid-19, alors que les premiers cas commençaient à être enregistrés dans le pays.

Des opérations de rapatriement, notamment par des vols de la compagnie Air Algérie, ont été entamées juste après, permettant à plus de 30 000 Algériens bloqués à l’étranger de retrouver leurs familles.

« 115 vols et 4 traversées, en sus des opérations de rapatriements à travers les frontières terrestres des citoyens bloqués en Tunisie, Libye et Mauritanie », avait indiqué début septembre le porte-parole du ministère des Affaires étrangères.

Le dernier vol d’Air Algérie a eu lieu vendredi 11 septembre à partir de l’aéroport parisien d’Orly. 300 places étaient disponibles mais plus de 1000 Algériens se sont présentés à l’aéroport dans l’espoir de retourner au pays après plusieurs mois passés loin de chez eux dans des conditions difficiles, créant une cohue et des bousculades.

Guide De Voyage Algérie
Algérie
Toutes les procédures de voyage en Algérie
Voir Plus