1. Accueil
  2. Voyages et Tourisme
  3. Frontières et voyages : l’exception algérienne
Voyages et Tourisme

Frontières et voyages : l’exception algérienne

Les Algériens ont hâte de renouer de nouveau avec les voyages comme du temps d’avant la crise. Il suffit de faire un tour sur les réseaux sociaux pour s’en rendre compte.

Les internautes se demandent quand est ce qu’ils pourront de nouveau voyager sans restriction et sans avoir à dépenser des sommes faramineuses pour leur billet d’avion.

Il est vrai que le contexte international est favorable à la réouverture des frontières et la reprise des vols. De nombreux pays lèvent ou réduisent fortement les restrictions sur les voyages. Plusieurs pays européens accueillent de nouveaux les Algériens pour des voyages non-essentiels.

L’argument sanitaire qu’on avance à chaque débat sur les frontières n’arrive plus à convaincre même du côté des spécialistes. Le membre du conseil scientifique, le Dr Mohamed Bekkat Berkani, a été clair à ce sujet : « Il n’y a aucun empêchement sanitaire pour la réouverture totale des frontières ».

De leur côté, les compagnies aériennes qui desservent l’Algérie n’attendent qu’un signal des autorités algériennes pour déployer leurs programmes sur l’une des destinations les plus prisées du Maghreb en raison de la forte communauté algérienne à l’étranger.

Mais le gouvernement ne dit rien. Invité cette semaine au Forum de la Radio nationale, le ministre des Transports n’a rien laissé filtrer quant aux intentions du gouvernement sur la question des frontières.

Vols vers l’Algérie : une situation qui s’éternise

Le monde entier s’ouvre aux voyageurs. Les Algériens espèrent qu’eux aussi puissent voyager de manière normale le plus rapidement possible. Mais l’Algérie fait l’exception. C’est l’un des rares pays à maintenir un nombre de vols réduit d’environ une centaine par semaine, toutes compagnies aériennes et toutes destinations confondues.

Un nombre de vols qui est loin de répondre à la demande de plus en plus grandissante et qui ne représente que moins de 20% des niveaux d’avant la crise.

Rien ne justifie le maintien du régime partiel au niveau des frontières. En plus de l’amélioration de la situation sanitaire, il y a d’autres considérations. Air Algérie a besoin de se rapprocher au maximum de ses niveaux habituels pour faire face. La situation actuelle profite aux compagnies aériennes étrangères qui mobilisent des gros-porteurs sur leurs vols en Algérie tout en opérant à des niveaux importants dans leurs pays respectifs.

Dessertes maritimes vers l’Algérie

Du côté des traversées maritimes, la situation n’est guère meilleure. Comme Air Algérie, la compagnie maritime Algérie Ferries souffre financièrement et ce n’est avec deux dessertes par semaine vers l’étranger qu’elle rétablira sa trésorerie. Là encore, il est urgent d’ouvrir davantage, surtout à l’approche du ramadan et de l’été.

Avec moins de cent cas quotidiens, l’Algérie jouit d’une situation sanitaire plutôt favorable qui devrait pousser les autorités à rouvrir toutes les frontières de manière normale y compris celles terrestres avec la Tunisie. Du côté tunisien, on se prépare à cette hypothèse tandis que du côté algérien, rien ne filtre pour le moment.

Le gouvernement est appelé à réagir et mettre fin à l’état d’exception qui régit les frontières algériennes depuis 2020. Une réouverture ne sera que bénéfique tant pour les citoyens que pour les compagnies nationales de transport.

La Newsletter
Restez bien informés : recevez les dernières infos et alertes en vous inscrivant Gratuitement à notre Newsletter.
Guide De Voyage Algérie
Algérie
Toutes les procédures de voyage en Algérie
Voir Plus