Ce que coûteront les études en France à partir de 2019

Le :

La décision du gouvernement français d’augmenter les frais de scolarité dans les universités françaises pour les étudiants étrangers non européens va alourdir davantage la facture pour les étudiants algériens qui veulent poursuivre leurs études en France.

 

À partir de la rentrée 2019, ils devront s’acquitter de 2.770 euros (contre 170 euros actuellement) en licence et 3.770 euros en master et doctorat (au lieu de 243euros et 380 euros).

 

Les hausses importantes, qui seront mises en application à la rentrée 2019, s’ajouteront aux dépenses déjà conséquentes que doit faire un étudiant algérien pour poursuivre un cursus en France.

 

Frais de visa, frais du test de langue (TCF), les billets d’avion, le logement, les frais d’inscription à l’université et les besoins alimentaires de l’étudiant faisaient déjà qu’un diplôme français n’est pas à la portée de toutes les bourses.

 

L’étudiant commence à bien payer avant son départ

Avant de partir en France, l’étudiant algérien doit passer le test de connaissance en français (TCF), obligatoire pour démontrer sa capacité à étudier dans la langue de Molière. Le test coûte au moins 10 000 dinars (47 euros au marché noir).

 

Si le test de langue est probant, l’étudiant doit déposer son dossier et prendre un rendez-vous pour un entretien auprès de Campus France. Prix de cette deuxième démarche, 8000 dinars (38 euros). Les coûts du test et du dépôt de dossier équivalent alors au salaire minimum algérien de 18 000 dinars. Sans compter les frais de déplacement, de restauration et d’hébergement pour les étudiants des wilayas qui ne disposent de centres Campus France.

 

Si l’étudiant obtient un avis favorable d’une université française, il pourra demander un visa long séjour. La démarche peut prendre plusieurs semaines et coûte 99 euros, soit plus 21000 dinars au change parallèle. A ces frais de visa, s’ajoutent les 3 600 dinars de frais de service perçus par VFS Global qui reçoit les demandes de visas à Alger.

De 937 à 1440 euros par mois pour vivre en France

Une fois arrivé en France, l’étudiant qui a réussi toutes ses démarches de visa et d’inscription à l’université qu’il a choisie ou plutôt, qui l’a accepté, devra faire face à la cherté de la vie dans les villes françaises. Selon une étude réalisée par l’UNEF, un syndicat étudiant français, le coût moyen de la vie varie de 721 euros par mois à Limoges, ville la moins chère à 1224 euros à Paris.

 

Ces montants comprennent le loyer, les charges, les frais d’inscription à l’université (avant leur augmentation), l’alimentation, les transports, les loisirs et autres dépenses de consommation.

 

Ces coûts vont augmenter considérablement avec la hausse des frais d’inscription aux universités françaises. Pour une licence, il faudra alors compter 2600 euros de plus par an. Ces augmentations représentent 17% à 30% de dépenses en plus chaque mois pour un étudiant.

 

Le coût de la vie dans une ville française variera donc de 937,66 euros à 1440 euros par mois pour un étudiant en licence.

 

Pour les trois ans que dure le cycle d’études, l’étudiant aura besoin de 33 755,76 à 51 840 euros. L’étudiant algérien fera, au moins, un aller-retour entre l’Algérie et la France. Les billets d’avion qui coûtent en moyenne 500 euros l’aller-retour lui reviendront à 1500 euros sur les trois ans.

 

Si on additionne les frais engagés pour les procédures Campus France et de visa avant son départ pour la France, l’estimation du montant dont aura besoin l’étudiant algérien pour faire un cycle d’étude de trois en ans en France varie entre près de 36000 à plus 54000 euros.

 


Hassane Saadoun

Partager sur :
Quoi de neuf ?