Transport aérien : Lufthansa ne voit pas de retour à la normale avant des années

Le :

Les mois à venir risquent d’être très difficiles pour le secteur du transport aérien. Depuis maintenant bientôt un mois, la quasi-totalité des vols sont suspendus dans l’attente d’une amélioration sur le front du coronavirus. Une amélioration que les plus optimistes ne voient pas arriver avant quelques mois.

 

Hier, le secrétaire d’Etat français aux Transports Jean-Baptiste Djebbari a estimé que les Français devaient « attendre » avant de réserver pour les vacances d’été, la situation liée à l’épidémie de Covid-19 étant « encore trop incertaine ».

 

« Il y aura un après-coronavirus. Mais pour l’instant (…) je conseille aux Français la plus grande prudence sur la préparation de leurs voyages car la situation aujourd’hui est encore trop incertaine », a indiqué Jean-Baptiste Djebbari sur Franceinfo. « Je leur dis d’attendre », a-t-il insisté.

 

Dans ce contexte, les grandes compagnies aériennes adaptent leur stratégie pour tenter de traverser la crise. Parmi elles, le géant allemand « Lufthansa ne voit pas de retour à la normale avant des années et s’impose une cure d’amaigrissement drastique », écrit ce mercredi le journal français La Tribune. « Certains en interne chez Lufthansa ne s’attendent pas à un retour de la demande au niveau de 2019 avant quatre à cinq ans », ajoute-t-il.

 

« Face à la crise du Covid-19, le groupe Lufthansa (Lufthansa, Austrian Airlines, Swiss, Eurowings, Brussels Airlines), continue de prendre des mesures fortes plus rapidement que ses concurrents », poursuit le média français.

 

Prévoyant une reprise très lente, le groupe Lufthansa va notamment se séparer d’une quarantaine d’avions, dont de nombreux gros-porteurs comme l’A380.

 


 

Rédaction VVA.

Partager sur :
Quoi de neuf ?